DEBATTRE AVEC MAKY SALL ? NON, MERCI !



DEBATTRE AVEC MAKY SALL ? NON, MERCI !
Se lançant dans une comparaison de statistiques chiffres, le journaliste Madiambal Diagne, s'est voulu économiste-d'un-jour, pour répondre à l'invite de son maitre, le bonhomme président Maky Sall, qui chercherait désespérément avec qui parler économie ! Je suis d'accord avec lui que ce débat n'affriole particulièrement pas les masses tout autant que nos vaillants politiciens.  Mais saurait il en être autrement pour ces derniers qui par la force des choses en sont venus à considérer la chose économique comme non essentielle en raison principalement du fait de l'abandon par l'Etat de sa souveraineté en matière de politique économique à la faveur des politiques d'ajustement structurel qui continuent de modeler nos rapports avec les institutions financières internationales et les  traités d'intégration régionale économique sous régionale ou régionale ratifiés.
 
Loin de les absoudre - car n'est pas Tsipras qui veut - ils savent bien que la production de programmes de gouvernement à l'orée des élections n'est qu'une formalité… Suprême lâcheté ? Dès lors, que peuvent bien valoir pour nous autres autochtones ces chiffres, ces comptes d'épicier, qui sont obtenus sous la dictée et publiés pour plaire à l'étranger ? D'autant plus que de Diouf à Wade,  quoique plus reluisant d'année en année, ils n'ont pas empêché la paupérisation de la société sénégalaise. Visiblement et sensiblement !
 
Que peuvent valoir ces chiffres par leur portée relative limitée car n'embrassant que l'économie formelle, portion congrue de la réalité économique nationale ? Oui personne n'est dupe, ces chiffres que notre économiste-d'un-jour a alignés ne représentent pas grand-chose pour les autochtones. Pire, ils dénotent un économisme de mauvais aloi qui ne peut pas bien évidemment être d'une quelconque aide pour son maitre, le bonhomme président Maky Sall qui a pris la redoutable décision d'engager nos maigres ressources dans la construction d'un Centre de Conférences à hauteur de 70 milliards de F CFA au moment où 75% de la population sénégalaise ne dispose guère d'un dollar pour vivre !
 
Il aurait été plus pertinent de poser l'autre débat. Enfin, celui qui vaille… La facture d'électricité coute plus cher au Sénégal qu'ailleurs (c'est Monsieur l'Ambassadeur des Etats unis qui le dit !) L'économie formelle sénégalaise ne génère pas d'emplois ou si peu (c'est la Banque Mondiale qui le dit !)… Le kg de viande, en ce début de juillet, est à 3000F CFA !  L'essentiel de la production nationale de mangues, multipliée par 10 depuis 2000, continue de pourrir ! Le statut de Dakar comme l'une des destinations les plus chères du monde nous nuit davantage qu'il nous profite. Mais bon… Voyez-vous Monsieur Diagne, l'économie est l'anatomie de la société civile…  En discuter requiert des prédispositions très sérieuses !
 
Au fait,  qu'est-il advenu du Yoonu Yokkute ? Sans doute qu'il faut discuter plutôt du PSE ?  Mais qu'il ait l'heur d'exister, d'abord, dans une forme achevee au lieu d'être un fourre-tout insatiable de projets. A la station présidentielle, il incombe au chef de l'Etat non plus de susciter des débats sur sa vision mais de la mettre en œuvre ! Et pour cela, nous lui souhaitons beaucoup de courage.  De la trempe de son maitre le président Abdoulaye Wade, qu'il en souffre !, qui contre vents et marées s'est battu pour donner corps à sa vision des infrastructures comme modèle de développement.  Avec les résultats que l'on sait et que le peuple souverain a sanctionnés selon son bon vouloir !

Bonso DABO, cilpdak.blogspot.com

Lundi 6 Juillet 2015 - 21:28



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter