DPG : Mimi réussit brillamment son examen !



DPG : Mimi réussit brillamment son examen !
La déclaration de politique générale s’est pour l’essentiel très bien passée à l’Assemblée nationale. Les parlementaires ont tout de même cette fois-ci cherché à faire dans le débat sérieux, dans une ouverture d’esprit pour se racheter car leur réputation est en jeu et la question est soulevée au sein de l’hémicycle. D’ailleurs le député Me Alioune Abatalib GUEYE en a fait allusion lors des derniers passages des députés à la fin de la séance. C’est pourquoi devant les  piques acerbes de Fatou THIAM du Pds, ces collègues de la mouvance présidentielle ont fait pour l’essentiel dans l’apaisement et dans l’ironie pour ne pas gâcher l’ambiance de débat sérieux imposée par le Premier ministre. Oui quand elle parle de sujets pour désigner ses collègues, on lui répond juste qu’elle est une gamine et que ses propos ne méritent pas une certaine considération. Mais il faut dire quand même que « ndawsi khawna kholi gouneur », elle a même demandé au ministre Abdou Latif Coulibaly qui était à côté du Premier ministre d’aller à Touba demander pardon aux mourides, vous vous rappelez des propos de M. COULIBALY  dans l’affaire DANGOTE. Quand même Fatou,  un peu de modération !

Au-delà du contenu du texte de madame Aminata TOURE, son comportement et celui du public ont facilité la tâche aux parlementaires. Quelques manifestants  libéraux dehors vite maîtrisés, à l’intérieur on a été respectueux du règlement intérieur de l’Assemblée nationale lu par son président avant le début de la déclaration. Moustapha NIASSE a joué au sapeur pompier même entre ses collègues, « mag mate na bayi ci rew ci assemblée aussi, wala ? ». NIASSE  de dire « c’est dans la diversité des opinions et des choix que se trouve le ferment de la démocratie car l’unanimisme est tuant, l’unanimisme mécanique est destructeur parce qu’il est pauvre en richesse spirituelle comme en richesse technique ». Si on le comprend on peut faire des débats de haute facture dans le respect de ses collègues et du public. Mais partout y a des brebis galeuses comme ce député du nom de Cheikh SECK qui a tapé sur les rewmistes devant tous ses collègues et les membres du gouvernement tous désolés. « Ba lima wakh eupoul » non c’est mon job de journalistes, les privilèges de mon travail, comme le privilège de tous ces députés et ministres qui ont la chance d’orienter le destin de leurs compatriotes.

Mais huit heures de temps pour du réchauffé nous dit Modou Diagne Fada, c’est normal c’est le programme du Yonu Yokuté, il va apparaître  dans les discours des Premiers ministres de Macky SALL et de ce dernier lui-même. Un jour viendra comme soulevé par Moustapha Cissé LO, on va assister à la disparition d’un tel exercice. Ah oui le monde change comme le changement de Me Elhadji DIOUF, il n’a pas épuisé les 60 secondes mises à sa disposition et a juste posé ses trois questions au Premier ministre comme un bon journaliste.

La démocratie est une longue marche et le niveau de civisme des citoyens détermine aussi le comportement de ses dirigeants. Déjà, ils comprennent nos préoccupations. « Nous comprenons bien l’aspiration de nos compatriotes à mieux vivre, à satisfaire leurs besoins essentiels, à avoir des emplois et à accroître leurs revenus. Ces demandes concrètes relèvent d’une quête bien légitime de plus de progrès économique et social. Ce message nous l’avons compris ». Il reste madame le Premier ministre à se battre pour inculquer aux sénégalais les valeurs de droiture, de l’amour du travail et de sa patrie. Comme ça ils ne vont plus dire « khalis danou kay linianeti kéne douka liguey ». La démocratie c’est aussi le bâton et la carotte pour des lendemains de progrès. Mais comme dans les réformes judicaires, les peines contre les crimes économiques et autres délits sont aggravées et de nouvelles prisons sont construites, « kouné dana kham lounou ko wakhoul ».
 


Mardi 29 Octobre 2013 - 01:01




1.Posté par Atypico le 29/10/2013 01:57
Pour un discours de politique générale il paraît, en première lecture, très descriptif comme si en l'écrivant, on était sur la défensive, et qu' on avait voulu masquer l'absence de vision globale, l'absence d'axes prioritaires dans la conduite de la politique de l'état, en faisant la liste des petites choses ( à penser en terme de marché de gré à gré) accomplies et celle des choses ( futures signatures de contrats) que l'on se propose d'accomplir. De ce qui a été l'axe central de la communication et de la preuve supposée de " la Rupture avec la mal gouvernance", dont Mimi a été le maître d'oeuvre pendant 18 mois, quasiment rien : quid des résultats "spectaculaires" de la chasse" aux biens mal- acquis", quid de l'impunité pour les délinquants en cols blancs qui rendent la moitié de leur butin, quid de l'emprisonnement sans preuve et sans procès du fils du président (qui a permis à tant de gens toujours hauts et bien placés de s'enrichir), quand on libère ses supposés complices ?. Par ailleurs où est passée la crise de l'eau qui va connaitre un nouvel épisode demain , où sont les excuses ... Si, dit - on, la meilleure défense c'est l'attaque, ce discours marque plutôt que le choix de Mimi et de ses conseillers pour se défendre , c'est de faire l'impasse sur ce qui est essentiel, c'est éviter les sujets qui fâchent. Une façon d'avouer que soi - même on ne croit pas à ce qu'on dit et encore moins au redressement qu'on dit avoir commencé à opérer. Rien que de très prévisible finalement ! Mais je vais faire une deuxième lecture....histoire de vérifier si je n'ai rien manqué de décisif et de convaincant !

2.Posté par hamidou ndiaye le 29/10/2013 15:01
nous habitant de ile à morphile nous sommes fatiqués, il faut nous dire si on fait parti du SENEGL ou pas , nous sommes dans l'enclavement depuis l'indépendance à nos jours. faut penser à nous portant Monsieur le président était méme venu à DARA ALAYBE et il connait la situation

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter