Dani Alves: Le feuilleton continue

Ce n’est pas pour demain que va se terminer le feuilleton Dani Alves. En effet, alors qu’on l’attendait pour qu’il se prononce sur son avenir ce lundi en conférence de presse, le latéral droit barcelonais a préféré maintenir le flou, tout en accusant son club.



Dani Alves: Le feuilleton continue
 «J’entends beaucoup de bêtises, c’est pour cela que j’ai voulu parler. J’ai atteint mes limites, je veux seulement me défendre (...) J’entends que je pense à l’argent. Ce n’est pas vrai. Je vais respecter mon contrat, et ensuite je suis dans l’inconnu, » a déclaré. Dani Alves qui s’exprimait sur son avenir.

Mais visiblement, le latéral droit Brésilien, en fin de contrat avec son club a une dent contre le Fc Barcelone. « Je ne pense pas que le club me considère à ma juste valeur. Aujourd’hui, je suis impliqué à 200% avec l’équipe mais seulement à 10% avec le club (...) J’ai toujours dit que j’aimerais rester au Barça, mais pas à n’importe quel prix, sans parler d’argent. S’ils ne me respectent pas, je chercherai un club où l’on me respecte, » a-t-il lâché avant d’expliquer les raisons de sa colère : « La situation est la même qu’au 30 juin dernier. J’ai parlé au président, je lui ai dit ce que je pourrais accepter pour rester au club. Comme le club pense que cela n’est pas convenable, alors... je suis au Barça jusqu’au 30 juin.», a-t-il fustigé.

Dani Alves a perdu confiance envers sa direction, selon nos confrères de Footmercato.net. En effet, selon l’ancien Sévillan, si le club n’avait pas été interdit de recrutement avant janvier 2016, son contrat n’aurait pas été prolongé.
Alves conclut en déclarant : «Je ne veux pas que Luis Enrique ou Messi n’interviennent. Je pense que j’ai assez fait pour mériter de rester. Je ne vais pas attendre les élections pour décider de mon avenir. Je déciderai après la finale de Ligue des Champions. Mon futur, c’est moi qui le contrôle. » le feuilleton prendra fin sans doute dans deux semaines.
 

Ousmane Demba Kane

Lundi 25 Mai 2015 - 13:25



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter