Daniele Watts (Django Unchained) arrêtée, prise à tort pour une prostituée

C'est une blessante mésaventure que vient de vivre Danièle Watts. Alors qu'elle embrassait tranquillement son compagnon à Los Angeles, l'actrice afro-américaine, qui jouait une esclave dans Django Unchained, a été arrêtée et menottée par la police. La raison ? La comédienne et son mari ont tout simplement été pris pour... une prostituée et son client ! Un incident qui a provoqué l'indignation du couple, lequel a poussé un coup de gueule sur Facebook, comme l'a repéré le Daily Mail...



Tout s'est déroulé vendredi 12 septembre dans une rue d'Hollywood. "Aujourd'hui, j'ai été menottée et arrêtée par deux policiers de Studio City après avoir refusé d'avouer que j'avais fait quelque chose de mal en montrant de l'affection, habillée, dans un espace public", a écrit l'actrice sur Facebook, où son époux a également posté une photo d'elle en train de pleurer et de s'expliquer avec la police. Vêtue d'un short, l'actrice de la série Partners n'a en aucun cas l'air d'une prostituée...

Interrogée à la suite d'un appel anonyme, Danièle Watts va en effet refuser de montrer sa carte d'identité, comme le raconte également son mari Brian James Lucas sur le réseau social. "Donc, ils l'ont menotté et l'ont brusquement mise à l'arrière de leur voiture jusqu'à ce qu'ils comprennent qui elle était", explique-t-il, ajoutant au passage que sa femme a eu des coupures aux poignets du fait des menottes. Interpellée une première fois, l'actrice avait refusé de montrer sa carte d'identité avant que deux agents reviennent à la charge alors qu'elle parlait à son père au téléphone.

"A l'arrière de la voiture, je me suis souvenu du nombre de fois où mon père est rentré à la maison en colère et humilié par des policiers alors qu'il n'avait rien fait de mal", a ajouté l'esclave CoCo du film oscarisé de Quentin Tarantino, outrée qu'une telle mésaventure puisse encore être subie en 2014 dans les Etats-Unis d'un certain Barack Obama. "Je pleure des larmes pour un pays qui s'auto-proclame "pays de la liberté" et arrête des gens pour clamer ce droit", a-t-elle ajouté. Heureusement, Danièle Watts n'a pas dû subir une humiliation de plus en allant au poste. Selon leChicago Tribune, cité par le Daily Mail, cet incident n'aura donc pas de suite puisqu'il n'y a pas eu de véritable arrestation...

 
 

Purepeople.com

Lundi 15 Septembre 2014 - 14:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter