Dans le nord centrafricain, Bossangoa vidée de ses musulmans

Les 500 derniers musulmans de la ville sont partis ce vendredi matin 11 avril dans un convoi en direction de la frontière tchadienne. Quelques heures plus tôt, dans la nuit, ce sont les soldats tchadiens de la Misca qui ont plié bagages en direction du Nord. Deux bouleversements majeurs à l'échelle de cette localité emblématique de la crise centrafricaine. L'invité de RFI ce vendredi soir était l'évêque du diocèse de Bossangoa, Mgr Nestor Aziagba. Il a assisté au départ des musulmans de sa ville.



Le retrait des soldats tchadiens est vécu avec inquiétude par les musulmans. REUTERS/Goran Tomasevic
Le retrait des soldats tchadiens est vécu avec inquiétude par les musulmans. REUTERS/Goran Tomasevic
Pour les habitants qui sont restés, ce départ a été ressenti comme un soulagement pour certains et pour d’autres c’est regrettable (...) Nous nous sommes beaucoup investis pour la cohésion sociale. Cette cohésion sociale impliquait toutes les franges de la population : animistes, chrétiens et musulmans. Maintenant avec le départ de la communauté musulmane, je dirai qu’il manque un pan essentiel dans cet effort de cohésion sociale et c’est vraiment regrettable.
Mgr Nestor AziagbaÉvêque du diocèse de Bossangoa

Source : Rfi.fr

 


Samedi 12 Avril 2014 - 10:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter