Décision de placement sous contrôle judiciaire: le procureur veut mettre Aïda Ndiongue en prison

L’ancien Procureur de la République, Ousmane Diagne, puis le Doyen des juges d’instruction, Mahawa Sémou Diouf, ont estimé l’absence de preuves qui attestent la culpabilité de Aïda Ndiongue. Dans le dossier Jaxaay, le pouvoir semble décidé à envoyer en prison la femme d’affaires et responsable libérale. Pour preuve, le Parquet de Dakar, qui veut le mandat de dépôt contre Aïda Ndiongue, a fait appel au placement sous contrôle judiciaire de cette dernière.



Décision de placement sous contrôle judiciaire: le procureur veut mettre Aïda Ndiongue en prison
Le Procureur de la République, Serigne Bassirou Guèye, a fait appel à l’ordonnance du Doyen des juges d’instruction qui a inculpé et placé sous contrôle judiciaire Aïda Ndiongue. En effet, dans son réquisitoire transmis au Doyen des juges d’instruction, l’ancien procureur de la République,  Ousmane Diagne a requis, pour le cas d'Aïda Ndiongue, le contrôle judiciaire car il estime qu’elle a été payée dans le cadre du marché incriminé du Plan Jaxaay.
 
Selon le journal « Libération », le Parquet pose un acte inédit, un supplétif pour requérir le mandat de dépôt contre Aïda Ndiongue et deux Colonels du Service d’Hygiène. Mais à son tour le Doyen des juges d’instruction dit niet en refusant de suivre le Parquet. Les avocats de Aïda Ndiongue ont d’ailleurs envoyé une sommation à l’ACP de l’agence ayant remplacé Jaxaay, mais ce dernier les a routés vers l’ancien Coordonnateur de Jaxaay.
 
 Alors qu’est ce qui peut bien expliquer le fait que l’autorité persiste à vouloir poursuivre Aïda Ndiongue pour un paiement qu’elle réclame toujours ? On croit savoir que dans le cadre du traçage des mouvements bancaires de la femme d’affaires, les enquêteurs ont relevé une somme de quatre (4) milliards de francs CFA sortie du compte de Astou Ndiongue pour l’entreprise EGBD.
 


Vendredi 12 Juillet 2013 - 10:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter