Dégâts collatéraux du Chantier de l'AIBD, des corps déplacés du cimetière de Mbadatt

Le collectif pour la défense des intérêts des villages riverains de l'Aéroport International Blaise Diagne (AIBD) révèle, preuves à l'appui, que des engins Caterpillar ont rasé les tombeaux en déterrant ce qui reste des corps ensevelis en construisant une route qui doit traverser l'aéroport. Du côté de l'AIBD, on balaie d'un revers de main.



Dégâts collatéraux du Chantier de l'AIBD, des corps déplacés du cimetière de Mbadatt
Les habitants de Mbadatt, village à 6 Km de l’AIBD, n’en croient pas leurs yeux. Un membre du collectif pour la défense des intérêts des villages de la commune de Keur Moussa, riverains de l’aéroport, a saisi « Le populaire ». Preuves à l’appui, le collectif étale son indignation. Ceci, après avoir constaté les dégâts. « Ce qui s’est passé est extrêmement grave, nous avons vu les restes de nos parents écrasés par des engins. Actuellement, nous ne pouvons plus identifier l’endroit où nos morts sont enterrés », pleure ce dernier. Le secrétaire général du collectif embouche la même trompette. « Ce qui s’est fait ne peut être considéré que comme de la provocation.


Pis, les responsables de l’AIBD ont ramassé les squelettes pour les ensevelir dans un autre endroit sans y mettre la forme. C’est inhumain », enfonce Ablaye Diouf. N’entendant pas laisser faire, le collectif prévoit une procédure pour que « les auteurs de ces actes soient punis ». En face, le Directeur général de l’AIBD nie en bloc et parle de déplacement de tombes fait selon les règles. Dégageant toutes ces accusations en touche, Abdoulaye Mbodj déclare que « c’est un déplacement des tombes qui a été fait avec les autorités et tout s’est passé selon les règles de l’art. Ces gens exagèrent… ».
 


Samedi 28 Mars 2015 - 12:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter