Démêlés judiciaires de Barthélémy Dias : Hélène Tine se prononce

Attendre 2016 pour déterrer une affaire qui s’est passée il y a 5 ans ne peut pas être dénuée de non-dits. C’est en tout cas ce que pense Hélène Tine qui se prononçait sur la convocation de son collègue Barthélémy Dias par le juge.



Démêlés judiciaires de Barthélémy Dias : Hélène Tine se prononce
«Sur le principe, je pense que nul n’est au-dessus de la loi, qu’on soit député, ministre ou autre. Donc, si la justice pense que Barthélémy Dias doit être jugé, il doit l’être. Lui-même, en tant que député, il nous a demandé à chacun via une lettre, de lever son immunité parlementaire, depuis plus d’un an pour être jugé. Nous devons le dire haut et fort. Depuis lors, rien n’a bougé. Maintenant, que la justice décide de le juger, je pense que c’est bien, parce que la famille de Ndiaga Diouf attend un jugement. J’en profite pour m’incliner devant la mémoire de Ndiaga Diouf. Il faut que la justice fasse son travail», fait-elle savoir.

Selon elle, cette convocation cache des relents politiques : «Maintenant, le constat est : que faisait la justice depuis 2011 ? Qu’attendait la justice depuis 2011 ? Si c’est le pouvoir qui est à la base de la relance du dossier, qu’attendait-il depuis 2011 ? Le président de la République, qui est le gardien de la Constitution et président du Conseil supérieur de la magistrature,  est garant de la marche des Institutions. Je ne comprends pas ce qu’on attendait depuis lors pour que justice soit faite, que ce soit  en faveur ou en défaveur de Ndiaga Diouf ou de Barthélémy Dias». 
 
Faisant le rapport avec les récentes sorties du maire de Mermoz/Sacré-Cœur, elle dénonce : «Ce qui est en même dommage, c’est que la relance du dossier coïncide avec les prises de position de Barthélémy Dias qui ne sont pas en faveur du pouvoir. Ça, c’est intriguant et ça doit intriguer tous les Sénégalais, qu’on attende maintenant que Barthélémy Dias soit presque tous les deux pieds en dehors de Benno Bokk Yaakaar pour relancer le dossier. C’est comme si on mettait une épée de Damoclès au-dessus de sa tête pour qu’il reste dans la coalition. Si c’est cela, je trouve que serait grave parce qu’il y a eu mort d’homme ». 
 

Ousmane Demba Kane

Mercredi 19 Octobre 2016 - 19:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter