Dénonciation calomnieuse, tentative d’escroquerie:Trans-Sen réclame un milliard 300 millions FCFA à TSE

Les patrons, Tse et Trans-sen étaient à la barre hier au tribunal correctionnel pour une affaire de dénonciation calomnieuse, tentative d’escroquerie et d’extorsion de fonds reprochée au Directeur général de TSE, Abdel Kader Ndiaye qui encourt trois mois de prison avec sursis pour le premier délit. Le plaignant a réclamé un milliard 300 millions en guise de dommages et intérêts contre une demande reconventionnelle de 100 millions faite par la défense. Le délibéré est attendu le 6 mai prochain.



Dénonciation calomnieuse, tentative d’escroquerie:Trans-Sen réclame un milliard 300 millions FCFA à TSE

C’est cette histoire de dénonciation calomnieuse,  de tentative  d’escroquerie et d’extorsion de fond qui oppose le patron de Trans-Sen Adourahmane Diop  et DG de Tse, Abdel Kader Ndiaye.  Le dernier mis en cause dans cette procédure avait en premier attrait  le patron de Trans-sen à la barre pour vol de matériels. Il ajoute qu’en 2007 l’Etat avait commandé du matériel agricole composé de 2400 motopompes  dans le cadre du plan Rêva pour l’autosuffisance en riz au Sénégal. Ces matériels étaient entreposés dans les magasins de la SDV, avant d’être transférés dans les entrepôts de la société Trans-Sen. C’est ainsi dit-il que des manquements ont été notés par le Directeur de TSE dont l’entreprise était chargée de l’enlèvement et de la livraison du matériel.


Ce qui a été à l’origine de la plainte contre le directeur de Trans-sen. Une procédure qui lui a valu un séjour carcéral de trois mois.  En dépit de la disqualification des faits par le parquet en détournement de deniers publics, le juge avait rendu une ordonnance de non lieu. C’est ainsi que le patron de Trans-sen a envoyé  une citation directe au patron de TSE pour dénonciation calomnieuse  tentative d’escroquerie et d’extorsion de fonds. Selon ses avocats leur client aurait perdu des marchés et son entreprise  aurait subi les contrecoups de cette procédure. Pour cette présente affaire, le parquet  a coupé la poire en deux en demandant trois mois avec sursis contre le DG de TSE, coupable  à ses yeux du délit de dénonciation calomnieuse et la relaxe concernant les autres préventions.


Le   bras droit de Cheikh Amar accuse le ministre de l’Agriculture d’alors Farba Senghor de leur avoir imposé la société du plaignant pour entreposer le matériel agricole. Ainsi en dépit  des manquements constatés, un mémorandum a été convenu entre les parties. Toutefois, lors de l’enlèvement, renseigne le journal "l'as", le patron de Trans-sen a voulu exercer un chantage, ce que le prévenu n’a pas accepté. Ce qui justifie à l’en croire les plaintes de TSE et du ministère de l’Agriculture contre Abdourahmane Diop.  Le délibéré est entendu le 6 mai prochain.


Mercredi 19 Mars 2014 - 13:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter