Déplacement des Lions en Namibie : La FSF et la tutelle ne parlent pas le même langage

Le prochain déplacement de l'équipe nationale de football du Sénégal n'est pas chose simple. La Fédération que le ministère ont du mal à parler le même langage sur les conditions de voyage de l'équipe. Le Sénégal se déplace à Whindoek le 5 septembre prochain pour la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2017 prévue au Gabon.



Déplacement des Lions en Namibie : La FSF et la tutelle ne parlent pas le même langage
Dans un document remis à la FSF depuis bientôt 3 semaines, le sélectionneur national Aliou Cissé a clairement son plan de préparation du match important que les Lions doivent livrer le 05 septembre prochain en Namibie. Le technicien a émis le vœu de rallier la capitale namibienne par un vol privé en provenance de Paris. Sa demande n’a pas encore trouvé un écho favorable au niveau de la tutelle, malgré l’accord de la FSF qui est en phase avec les exigences du coach.
 

Selon une source interrogée par le journal Stades, le ministère des Sports a bien étudié les requêtes du sélectionneur. « On a bien étudié l’expression des besoins que nous a transmise la fédération. On est en phase sur beaucoup de points, notamment sur la date de la mission de prospection, le début du stage à Paris et le jour pour rallier la Namibie. Mais on n’est pas sur la même longueur d’onde concernant l’avion spécial devant transporter l’équipe», confie cette source.

Cette dernier ajoute : « il ne faut pas se leurrer. Aujourd’hui, il nous sera très difficile d’affréter un vol spécial. Nous sommes en train d’étudier les différentes propositions qui s’offrent à nous, c’est-à-dire voir s’il faut faire Dakar-Whindoek-Dakar ou Paris-Whindoek-Dakar. Dans le premier cas de figure, seuls les officiels quitteront Dakar pour rallier Whindoek. Donc il n’est pas question de prendre un vol spécial pour ça ».


« Dans le deuxième cas de figure, c’est l’équipe qui sera transportée de Paris à Whindoek. A ce niveau aussi, est ce qu’on a réellement besoin de vol spécial du moment que l’équipe ne fera pas plus de quarante (40) personnes ? » s’interroge la même source qui précise que ce n’est pas possible de louer un avion de 150 places pour seulement une quarantaine de personnes, évoquant des soucis d’économie.

Le dernier recours pourrait être l’avion présidentiel, un temps envisagé pour faire voyager l’équipe. Cependant la non maitrise du calendrier officiel du chef de l’Etat est un écueil de taille et même si la Pointe de Sarène venait à être mise à la disposition de la Fédération, certaines voix parlent de complication d’ordre technique : « L’avion de commandement est un petit engin qui ralliera difficilement la Namibie via Paris. Pour cela il nous faudra au moins deux escales techniques avant d’atterrir à Whindoek. Là aussi on peut faire face à un véritable handicap ».


 


Mercredi 29 Juillet 2015 - 08:49



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter