Dernière minute Affaire "Charlie Hebdo": Macky Sall accuse l'opposition et cogne

Le président Macky Sall a apporte une réponse politique à ceux qui l’attaquent sur l’affaire Charlie Hebdo. Recevant une délégation de UDS/Mbolomi au palais, il en a profité pour se prononcer sur son déplacement le 11 janvier dernier à Paris à la «marche républicaine». Le chef de l’Etat a attaqué frontalement ses détracteurs en leur demandant de ne pas entretenir l’amalgame entre Islam et Charlie Hedbo. «Je vais me battre contre ceux qui s’attaquent à l’Islam. Je suis musulman. Mais, je vais m’investir aussi dans la lutte contre le terrorisme sous toutes ses formes», a-t-il déclaré.



Dernière minute Affaire "Charlie Hebdo": Macky Sall accuse l'opposition et cogne
Dans une déclaration en wolof, le président de la République se justifie et apporte des précisions sur sa présence à la «marche républicaine» de Paris le 11 janvier dernier. Il n’y est pas allé de main morte et s’est attaqué vertement à ses adversaires qui selon lui entretiennent l’amalgame entre «Islam et Charlie Hedbo». Macky Sall a tenu à indiquer qu’il s’est déplacé dans le cadre du combat contre le terrorisme qui a des effets néfastes sur les économies et qui étend ses tentacules un partout dans le monde. Il a évoqué l’exemple du nord du mali à ce sujet.
 
Le chef de l’Etat qui recevait une délégation de l’UDS/Mbolo mi accuse l’opposition qui selon lui surfe sur l’affaire «Charlie Hebdo» et son déplacement à Paris. Il a tenu à rappeler que «le Sénégal est un pays laïc». Macky Sall de rétorquer : «Dieu seul sait qui est musulman. Quand j’ai su que le journal a été édité, j’ai interdit sa vente au Sénégal et même l’autre journal qui les soutient. Ceux qui veulent faire la politique et profiter de l’occasion pour créer un amalgame cherchent à confondre l’islam et «Charlie». Or, il y a une grande différence».
 
Le président de la République clarifie : «je vais me battre contre ceux qui s’attaquent à l’Islam. Je suis musulman». Et d’ajouter : «je ne voulais pas me prononcer sur ce sujet pour ajouter à la polémique, mais je dois éclairer la lanterne des sénégalais sur cette affaire. La France a toujours été à nos côtés quelque soit les circonstances. C’est normal que j’aille présenter mes condoléances, leur témoigner ma solidarité dans la lutte contre le terrorisme».
 
Et de citer : «Arabie Saoudite, la Jordanie, Algérie, beaucoup d’autres pays musulmans ont participé à cette marche or nous ne sommes pas plus musulmans que ces Etats».
 
«Ils ne peuvent rien manigancer jusqu’à créer une situation autre que celle que nous vivons ici au Sénégal. S’ils veulent s’opposer, qu’ils attendent l’occasion des élections. Mais qu’ils ne cherchent pas à amalgamer».
 

Jean Louis DJIBA

Vendredi 23 Janvier 2015 - 00:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter