Des ONG veulent la délocalisation du siège de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples de la Gambie

« Il est temps de mettre un terme aux agissements du président Yaya Jammeh de la Gambie. Dans ce petit pays de l’Afrique de l’ouest les défenseurs des droits de l’homme sont constamment menacés. Qu’ils soient locaux ou étrangers, on les caricature comme des ennemis du régime. Paradoxalement, c’est ce pays qui abrite la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) ». C’est là un rappel de plusieurs ONG africaines qui considèrent qu’il est urgent de dessaisir Banjul du privilège d’abriter la CADHP.



Des ONG veulent la délocalisation du siège de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples de la Gambie
Le Mouvement Burkinabé des droits de l’homme (MBDH), Civil Society Associations Gambia, le Club Union Africaine de la Côte d’Ivoire, l’Association mauritanienne des droits de l’homme (AMDH), Media Rights Agenda (MRA) du Nigéria, la Rencontre Africaine pour les droits de l’homme (RADDHO),  l’Organisation Nationale des Droits de l'Homme (ONDH) et plusieurs autres organisations unissent leur force  pour dire que « le  gouvernement de Jammeh se révèle de plus en plus un mauvais élève qui a étalé toutes ses limites à abriter le mécanisme de protection et de promotion des droits humains des citoyens africains » et « tiennent à rappeler à la Commission leur décision de boycott des sessions de la CADHP et du Forum des ONG. Il en sera ainsi aussi longtemps que les violations seront perpétrées dans ce pays ».
 
On apprend à travers leur communiqué que « la session de la CADHP qui a commencé depuis le 9 avril se poursuit jusqu’au 23 du même ».
 
Ces organisations veulent inciter à la prise de mesures appropriées contre les agressions délibérées et flagrantes portées sur le système de la Charte africaine par la Gambie et  lancer une campagne pour la délocalisation du siège de la Commission africaine de la Gambie.
 
 « Les ONG ont dit également leur souci de constater que des personnalités sénégalaises du monde des arts, chanteurs et autres continuent à soutenir et à chanter les louanges du régime qui opprime son peuple. Comme qui dirait, ce qu'ils ne voudraient pas voir dans leur pays le Sénégal, ces artistes l'encouragent ailleurs ».




Mercredi 17 Avril 2013 - 15:53



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter