Des attentats meurtriers endeuillent les élections au Kurdistan irakien

En Irak, six personnes ont été tuées et une soixantaine blessées dimanche 29 septembre, après l'explosion de quatre véhicules piégés près du quartier général des services de sécurité à Erbil, capitale de la région autonome du Kurdistan irakien. Le dernier attentat sanglant à Erbil remonte au 10 mai 2007, lorsqu'un camion piégé avait explosé, lui aussi près du quartier général des services de sécurité, faisant au moins 14 morts. Ces violences interviennent une semaine après des élections législatives pour renouveler le Parlement régional.



Les patrouilles militaires kurdes d'Erbil inspectent les lieux de l'un des attentats qui, au total, ont fait six morts dimanche 29 septembre. REUTERS/Azad Lashkari
Les patrouilles militaires kurdes d'Erbil inspectent les lieux de l'un des attentats qui, au total, ont fait six morts dimanche 29 septembre. REUTERS/Azad Lashkari
Cet attentat se produit au moment où les habitants de la province attendent les résultats des élections législatives qui se sont tenues il y a une semaine.
 
La scène politique kurde est traditionnellement dominée par deux grandes formations : le Parti démocratique du Kurdistan (PDK), et l'Union patriotique du Kurdistan (PUK).

Après le dépouillement de 95% des suffrages, le PDK du président du Kurdistan, Massoud Barzani, arrive en tête, suivi de Gorran, un parti d'opposition. Gorran, qui signifie « changement » en kurde, dénonce depuis plusieurs années la corruption dans la province et l'opacité entourant les revenus issus du pétrole.

La surprise vient du PUK, qui n'arrive qu'en troisième position. Ce parti a probablement souffert de l'absence de son dirigeant historique Jalal Talabani, hospitalisé en Allemagne depuis une attaque cérébrale en décembre dernier.

Source : Rfi.fr
 

Dépéche

Lundi 30 Septembre 2013 - 15:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter