Des mises en demeure de l’Artp servies à des télévisions



Abou Lô, DG Artp
Abou Lô, DG Artp
La presse dans un pays démocratique constitue un capital qu’il faut préserver. Madiambal DIAGNE, président du conseil des éditeurs et diffuseurs de presse du Sénégal qui le dit, soutient que le gouvernement du Sénégal doit aider la presse à travers des mécanismes pour son développement comme par exemple une politique fiscale adaptée. Le débat sur la presse est vicié selon lui par ceux qui parlent de l’aide à la presse qui n’est pas la solution. Il a fait dans l’émission Point de Vue de la télévision nationale ce dimanche, une mise en demeure de l’Artp, servie à des télévisions qui doivent payer des 200 ou 300 millions pour pouvoir diffuser dans certaines régions. L’administrateur du groupe Avenir communication qui édite le journal le quotidien de dire ce sont des choses comme cela qui plombent le développement de la presse car aucune télévision nationale n’est en mesure de respecter cela.

Madiambal DIAGNE en appelle à une politique concertée pour trouver des solutions à la crise de la presse. Sur des licenciements en cours dans des entreprises de presse, le présentateur faisant allusion certainement à ce qui se passe à la 2Stv, Madiambal DIAGNE comme d’ailleurs, le patron de la 2Stv, pense que quand l’entreprise est en difficulté, le patron peut licencier pour des raisons économiques.


Dimanche 13 Janvier 2013 - 16:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter