Des talibans attaquent le quartier du palais présidentiel de Kaboul

Une vingtaine de talibans mènent ce lundi 18 janvier une attaque contre des ministères, des commerces et le palais présidentiel au centre de Kaboul. Plusieurs explosions ont eu lieu et les combats se poursuivent à l'arme automatique.



Plusieurs explosions à Kaboul ce 18 janvier 2010. AFP/Shah Marai
Plusieurs explosions à Kaboul ce 18 janvier 2010. AFP/Shah Marai
L’attaque a commencé dans le milieu de matinée, heure locale, dans le quartier de la Banque centrale de Kaboul. Il est difficile de dire si c’est précisément ce bâtiment qui était visé ou le Palais présidentiel ou encore le ministère des Finances qui sont tout proches.

L’attaque a provoqué la panique dans le secteur. Le personnel français et les élèves du Lycée franco-allemand, situé lui aussi à proximité, a été évacué par mesure de sécurité à l’ambassade de France. De puissantes explosions et des tirs nourris d’armes automatiques ont retenti durant toute la matinée et le quartier est complètement bouclé.

Les violences se concentrent autour de la place Pachtounistan, un quartier hautement protégé et sécurisé en raison de la présence de bâtiments officiels et de l'hôtel Serena qui accueille de nombreux Occidentaux.

L’attaque est d’ores et déjà revendiquée par les talibans. Un porte-parole du mouvement affirme que les islamistes ont lancé 20 kamikazes à l'assaut du palais présidentiel et de ministères dans ce quartier, et qu’ils portent des ceintures d’explosifs.

Selon les autorités afghanes, au moins un enfant, un policier et un soldat ont été tués dans ces attaques. Le ministère de l'Intérieur assure par ailleurs que quatre kamikazes sont morts, deux en actionnant leurs bombes et deux autres tués par les forces afghanes de sécurité.

L'émissaire américain pour l'Afghanistan et le Pakistan, Richard Holbrooke a qualifié cette attaque de «désespérée et impitoyable». Pour le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, «la situation est grave, comme elle l'est hélas depuis longtemps» à Kaboul.
Source: RFI

RFI

Lundi 18 Janvier 2010 - 10:17



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter