Désignation du maire de la ville religieuse de Tivaouane : devoir d'éclairage



Le choix de Serigne Abdoul Aziz Sy, porté sur Mamadou Diagne Sy Mbengue pour se présenter à la mairie de Tivaouane, au détriment du candidat du président Macky Sall, Abdou Ndéné Sall, a été traité et commenté par des sites et quotidiens d'informations sénégalais. Cet acte a suscité des réactions et on n'a pas manqué de le déplorer. Ayant discuté avec des intellectuels qui s'intéressent à la question religieuse au Sénégal et avec des hommes politiques résidant à Tivaouane et ayant parcouru certains réseaux qui l'ont traité, nous avons senti la nécessité de donner quelques éclairages concernant le choix de Serigne Abdoul Aziz Sy porté sur Mamadou Diagne Sy Mbengue pour se présenter à la mairie de Tivaouane.
Les réactions ont tourné autour de quatre points : comportement non-républicain de Tivaouane ; nécessité d'une stricte séparation entre le spirituel et le temporel ; désir de Serigne Abdoul Aziz Sy d'installer à la mairie un homme à sa solde ; vengeance de Serigne Abdoul Aziz Sy sur Macky Sall. Nous commençons par préciser que le maire Mamadou Diagne Sy Mbengue est élu, en présence du préfet de Tivaouane, par les conseillers municipaux d'une manière démocratique. Serigne Abdoul Aziz Sy n'a pas assisté à l'assemblée générale pour influer sur le vote. Et Tivaouane ne réclame aucun statut spécial ; il reste une commune respectueuse des institutions républicaines, où le jeu politique reste vivace, et où les compétions électorales se déroulent de la manière la plus ordinaire.
Concernant la séparation du spirituel et du temporel, les hommes politiques savent que la laïcité à la française est inapplicable au Sénégal. Il n'y a qu'une poignée d'intellectuels occidentalistes qui continuent d'en faire un plaidoyer. Mais, ceux qui s'intéressent à la question religieuse et de nombreux hommes de pensée, plus réalistes, plus soucieux de la concorde nationale, ont commencé à théoriser l'application d'une laïcité à la sénégalaise, plus adaptée à nos valeurs socioculturelles, et nous sommes favorables à cette démarche.
Quant au fait de considérer que tous les marabouts sont des opportunistes qui ne sont mus que par leurs intérêts, qui désirent tout contrôler au Sénégal, Emile Durkheim invitait les sociologues à se méfier autant du psychologisme que du sociologisme. Le sociologisme consiste à vouloir tout généraliser, à penser par exemple que tous les hommes sont mauvais, sont corrompus. Certes, nombreux sont les marabouts, surtout les petits marabouts qui sont opportunistes, très souvent corrompus et seulement mus par leurs intérêts. Mais tel n'est pas le cas pour Serigne Abdoul Aziz Sy dont le seul désir est de servir Tivaouane. Tout homme politique, religieux, culturel, etc. qui désire servir Tivaouane peut avoir son soutien. En revanche, il est prêt à défier toute personne qui veut nuire à Tivaouane. Dans la liste de la coalition gagnante, la coalition Bennoo Defar Tivaouane, il y avait des membres de sa propre famille (Lala Sy, fille d'El Hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh et Oumou Koulsoum, fille de Serigne Mbaye Sy Mansour), des chambellans dont Mamadou Mansour Mbengue, un chambellan de Serigne Mouhamadou Mansour Sy ; il n'a pas pourtant porté son choix sur eux. Par conséquent, l'acte de Serigne Abdoul Aziz Sy ne peut être lu que comme étant une volonté d'écarter des candidats qu'on voulait imposer illégitimement à Tivaouane.
Nous précisons que nous sommes actuellement impliqués dans une étude portant sur le rapport entre le spirituel et le temporel au Sénégal, plus précisément sur l'essor des partis politiques maraboutiques ; ce qui nous a obligé à porter notre attention sur cet évènement. Nous précisons également que lors de ces élections municipales, différents candidats de Tivaouane en compétition nous ont contacté pour nous inclure dans leur liste ; ce qui nous a permis d'être au courant de la formation de certaines listes et coalitions en compétition. Serigne Abdoul Aziz Sy ne s'est jamais immiscé, ni dans la constitution des listes, ni dans la constitution des coalitions en compétition. Les coalitions et les listes sont librement constituées par les hommes politiques et candidats en compétition. Serigne Abdoul Aziz Sy n'a pas élu le maire, il a tout simplement, dans l'intérêt de Tivaouane, désigné un candidat qui a le profil idéal pour qu'il brigue la mairie. Les conseillers municipaux, ayant jugé le choix judicieux, ont voté pour son candidat à 59 voix, contre 3 pour son concurrent Lamine Dieng de la coalition Actif.
A mon humble avis, le meilleur candidat pour la mairie de Tivaouane a été Cheikh Tidjane Diouf, mais dans la mesure où sa liste a été battue, on devait éviter d'importer un candidat, comme on a voulu le faire. On devait élire un maire qui connaît Tivaouane et que Tivaouane connaît, un maire dont Tivaouane a vu naitre et grandir, un maire compétent qui vit avec sa population, accompagne sa jeunesse, qui sait planifier et porter des projets de développement, respecte les autorités religieuses et coutumières de Tivaouane, partage les valeurs socio-religieuses de sa population et sait l'écouter. Le meilleur candidat qui avait ce profil a été Cheikh Tidjane Diouf, mais à défaut de l'avoir, un choix judicieux ne pouvait porter que sur Mamadou Diagne Sy Mbengue qui lui aussi a fait toutes ses humanités à Tivaouane.
Mais toujours comme d'habitude, la liste qui a remporté des élections municipales, avant d'élire son maire, sollicite les conseils et avis de Serigne Abdoul Aziz Sy qui, au nom du Khalife de Tivaouane, donne la position de l'autorité religieuse concernant le choix de la liste. Sa déclaration a été que les conseils municipaux trouvent un consensus. En lieu et place d'un compromis, non seulement, les membres de la coalition triomphante s'entredéchiraient, mais aussi Macky Sall et Diop Sy avaient chacun choisit et maintenu son candidat et risquaient de paralyser la municipalité. A plusieurs reprises, l'assemblée générale pour l'élection du maire a été fixée puis repoussée parce que les membres de la coalition gagnante ne s'entendaient pas sur un candidat. Ils ont alors sollicité l'arbitrage de Serigne Abdoul Aziz Sy.
Serigne Abdoul Aziz Sy, à l'image de la majorité des Tivaouanois, a constaté que les deux candidats de la coalition gagnante en lice n'avaient pas le profil idéal pour diriger la mairie et il a remis les pendules à l'heure. Ces deux candidats ne sont pas des purs produits de Tivaouane ; ils n'y sont pas connus ; ils n'ont fait qu'attendre l'approche des élections pour s'y faire remarquer. Si Cheikh Mamina Diop et Abdou Ndéné Sall avaient, comme l'ont fait Idrissa Sall, Khalifa Sall, Aissata Tall Sall, Cheikh Diouf, constitué leurs propres listes, battu campagne en leurs noms et remporté les élections, la mairie pouvait en toute légitimité leur revenir ; or tel n'est pas le cas. Ils risquaient d'être des maires importés et imposés de l'extérieur. Le choix de Cheikh Mamina Diop ne relève que de la volonté de Diop Sy ; alors Abdou Ndéné Sall a été imposé par Macky Sall. Mais qu'en est-il de la volonté et de l'intérêt de Tivaouane.
Nous pensons qu'avec la gestion catastrophique de la mairie de Tivaouane par le maire importé sortant, El Hadji Malick Diop, Tivaouane devait être plus attentif dans le choix de ses maires et choisi quelqu'un qui sait partager ses peines et souffrances et porter ses projets de développement. Or, Serigne Abdoul Aziz Sy nous a évité un remake de l'épisode d'El Hadji Malick Diop qui, à après deux mandats, n'a aucun bilan à présenter à son nom. Certes, c'est sous sa magistrature que Tivaouane a obtenu le grand lycée, nous savons que c'est Serigne Abdoul Aziz Sy qui a sollicité de Moustapha Sourang la construction de ce lycée et a eu gain de cause. C'est sous sa magistrature que le centre de santé de Tivaouane a été transformé en un Hôpital niveau II, mais c'est grâce à Abdoul Aziz Sy. L'éclairage public de Tivaouane n'est réfectionné que durant le Gamou de Tivaouane et ce, grâce à Abdoul Aziz Sy qui sollicite, à l'approche de cet évènement, de l'Etat sa réfection. Tivaouane ne bénéficie du bitumage de ses routes qu'à l'approche du Gamou et c'est toujours grâce à lui.
Egalement, c'est lui qui sollicite de la Sones l'extension de son réseau d'approvisionnement en eau dans les villages avoisinants Tivaouane à l'approche du Gamou. C'est lui qui a demandé aux fidèles Tidjanes de trouver une maison à Tivaouane, ce qui est à l'origine de l'expansion de la ville qui n'était jusqu'en 2000 qu'un gros village. Il est en quelque sorte à l'origine de la modernisation de Tivaouane. C'est grâce à son initiative que la commune de Tivaouane dont la réserve foncière était épuisée a pu obtenir l'extension de sa superficie 7 kilomètres de chaque côté. Malheureusement, le maire sortant a pillé et bradé toutes les terres de Tivaouane. Comment dans ces conditions, Serigne Abdoul Aziz Sy peut se tenir aux carreaux des affaires de la commune et non du département Tivaouane, alors qu'il est, pour paraphraser Karl Marx, le maire de fait de cette ville. Comment un maire peut être importé et imposé à son insu. Nous précisons avoir bien dit commune et non département parce que lorsqu'on lui a demandé son choix concernant le département, il a bien déclaré c'est bien la commune qui l'intéresse.
Donc, à travers la désignation de Mamadou Diagne Sy Mbengue, Serigne Abdoul Aziz Sy a non seulement évité à Tivaouane un maire importé, mais a surtout éviter à l'APR de Macky Sall l'humiliation. Macky Sall, en désignant Abdou Ndéné Sall semble oublier que, ce n'est pas son parti qui a remporté les élections, mais une coalition dans laquelle figure son parti. Mamadou Diagne Sy Mbengue et Abdou Ndéné Sall sont certes tous les deux de l'APR, mais c'est l'intérêt de Tivaouane qui devait primer et non celui de ce parti. En effet, contrairement à ce que l'on pense, l'APR ne s'est jamais positionnée comme une candidate sérieuse à la mairie de Tivaouane. Lors de ses razzias électorales de 2012, elle ne s'est contentée que de la cinquième place, derrière le Rewmi d'Idrissa Seck, le PDS d'Abdoulaye Wade, le Parti Socialiste d'Ousmane Tanor Dieng et le Benno Siggil Sénégal de Moustapha Niasse.
Lors des élections municipales de 2014, il n'y avait que le Rewmi représenté par Cheikh Diouf et le parti de Diop Sy qui disposait réellement de chances de remporter les élections. Cheikh Diouf était le candidat des jeunes, des élèves, des étudiants, des lettrés et intellectuels. Ils disaient que « Cheikh Diouf est un vrai fils de Tivaouane » ; « Cheikh Diouf ne connaît que Tivaouane » ; « Cheikh Diouf constitue l'avenir de Tivaouane », etc. Ils n'ont pas tort dans la mesure où de tous les candidats qui étaient en lice pour la mairie, Cheikh Diouf était celui que l'on remarque le plus la présence dans la ville. Son soutien aux établissements scolaires de Tivaouane est connu. Il assiste aux cérémonies de mariage et de deuil. Sa présence aux cérémonies religieuses est constante. Ses établissements de commerce y sont établis. Il est natif de cette ville, fils d'un Imam de la mosquée de Khalifa Ababacar Sy et président de la section KOSKAS de Tivaouane. Il y a fait toutes ses humanités et dispose d'une bonne éducation religieuse et d'une bonne formation à l'école française. Malheureusement, il est toujours perdu par son autosuffisance et son désir de participer aux compétions d'une manière solitaire.
Par contre, les personnes du troisième âge, les femmes, une bonne partie des religieux de Tivaouane, les Imams et les maitres coraniques avaient soutenu Diop Sy. Le discours qu'ils servaient est que « Diop Sy mooyr defar dëkk, c'est-à-dire Diop Sy est le bâtisseur de la ville ». Leur argument se justifie dans la mesure où en lieu et place du maire de Tivaouane, c'est Diop Sy qui a acheté et offert les deux camions qui s'occupent du nettoiement de Tivaouane. Il paie les employés qui y travaillent et achète du carburant pour ces véhicules. Lors des cérémonies religieuses, c'est lui qui recrute et rémunère des jeunes, des journées durant, pour qu'ils procèdent à l'assainissement de la ville. C'est lui qui achète tout le matériel servant à l'assainissement de Tivaoaune. Lors du Gamou par exemple, il envoie des camions de vidange pour vider les fosses sceptiques des maisons qui accueillent les fidèles. Lors des fêtes religieuses, comme le Tabaski et le Korité, il envoie des bus dans les daaras de Tivaouane pour permettre aux talibés de passer les fêtes en famille et donne de nouveaux habits à tous les Imams et talibés de Tivaouane. Ses œuvres sociales sont visibles et nombreuses à Tivaouane à tel point que l'on puisse penser qu'il est un maire de fait de cette commune. Mais si les jeunes lettrés et intellectuels ont compris que ses actes relèvent d'un investissement afin de pouvoir contrôler la mairie à l'avenir, tel n'est le cas le cas pour illettrés et les personnes qui n'ont pas l'esprit critique qui ne jugent que de ce qu'ils voient. L'erreur de Diop Sy consiste à ne pas choisir à temps un candidat légitime et connu qui pouvait lui représenter à Tivaouane.
Mais, malgré toutes ses actions sociales, Diop Sy savait qu'il ne pouvait pas gagner Cheikh Diouf qui règne en maitre à Tivaouane depuis 2007. Il a fait gagner son parti, Rewmi, à Tivaouane lors des élections présidentielles de 2007. En 2009, lors des municipales, il est parti à la rescousse du Parti Démocratique qui voulait offrir la marie au parti au pouvoir et a remporté les élections. Malheureusement, son inexpérience a fait que, au moment du choix du maire, El Hadji Malick Diop, qui était quasiment disqualifié, lui a ravi le palme. A ce niveau, on accuse Serigne Abdoul Aziz Sy de l'avoir écarté, mais c'est faux puisque c'est en pleine assemblée pour l'élection du maire qu'il a refusé de se coaliser avec des conseillers de certains partis, dont le Parti Socialiste. Ce qui lui a été fatal. En 2012, lors des élections présidentielles, il a battu campagne pour Rewmi et fait gagner Idrissa Seck à Tivaouane. Lors des législatives de 2012, il a dirigé la liste de Benno Bokk Yaakar de Tivaouane et remporté les élections. Par conséquent, il n'y a qu'une grande coalition qui pouvait mettre un terme à cette hégémonie.
Ainsi une grande coalition dénommée Bennoo Defar Tivaouane a été constituée pour affronter Cheikh Tidjane Diouf. Figuraient dans sa liste : Mamadou Diagne Sy Mbengue, le Directeur général de l'IPRES, El Hadji Malick Diop, le maire sortant, Astou Kane Sall, député du PDS de 2002 à 2012, Abdou Ndéné Sall, secrétaire d'Etat, Seynabou Gaye, ancien ministre, Lala Sy, fille d'El Hadji Abdoul Aziz Sy Dabakh, Cheikh Mamina Diop, cadre au COUD, Oumou Koulsoum, fille de Serigne Mbaye Sy Mansour, Moustapha Thiam Mboup qui a dirigé une liste dissidente de Rewmi, Marème Sidy Lo, lieutenant de Sokhna Oumou Kalthoum Mbaye, Yellamine Goumballa, administrateur civil. Malgré cette grande alliance, la coalition Bennoo Defar Tivaouane n'a triomphé sur Cheikh Tidjane que de 600 voix environ.
Nous ne supportons ni Mamadou Diagne Sy Mbengue, ni Cheikh Mamina Diop, ni Abdou Ndéné Sall. Cheikh Diouf lui-même sait que nous ne partageons pas le même parti. Mais nous sommes motivés par l'émergence de Tivaouane. Pour cette raison, nous sommes favorables au choix porté par Serigne Abdoul Aziz Sy al-Amîn sur Mamadou Diagne Sy Mbengue.

 

Mouhamadou Mansour Dia Citoyen de Tivaouane Docteur en sociologie.

Lundi 28 Juillet 2014 - 13:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter