Destruction des panneaux publicitaires: Barth assume devant le juge

Barthélémy Dias a comparu hier, devant la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Le maire de Mermoz Sacré-Cœur, poursuivi par les régies publicitaires pour association de malfaiteurs, destruction de biens appartenant à autrui et vol, a assumé pleinement ses actes et déclaré, devant les juges que c’est lui qui avait donné ces instructions.



Destruction des panneaux publicitaires: Barth assume devant le juge
L’honorable député Barthélémy Dias n’a pas assisté hier à la réception du Gouvernement avec à sa tête Mahammad Boun Abdallah Dionne par l’Assemblée nationale. Et pour cause, il faisait face aux juges du tribunal correctionnel de Dakar pour des faits de destruction de biens appartenant à autrui, association de malfaiteurs et vol. Mais le maire de Sacré-Cœur Mermoz n’a pas nié les faits. Il a juste montré que les qualifications de ses actes dans cette affaire n’étaient pas les mêmes.

«C’est moi qui ai donné des instructions pour détruire tous les panneaux publicitaires. Je n’ai fait qu’exécuter une délibération du Conseil municipal », a-t-il déclaré au président du tribunal, après que ce dernier lui a notifié les faits pour lesquels il est poursuivi.

Selon lui, son acte est motivé par le fait que les régies publicitaires ne s’acquittaient pas de leur devoir envers la commune qu’il dirige : «Alors qu’elles sont en train de crier sur tous les toits, elles sont revenues par le petite porte pour négocier. Elles ont reconnu que les anciens taux étaient dérisoires et en ont proposé de nouveaux, avec une hausse de 80%. Nous sommes en train de négocier pour harmoniser les taux au niveau de la commune de Dakar », a-t-il soutenu.

Les avocats de l’édile de Mermoz  Sacré-Cœur se sont inscrits dans le même registre que celui-ci. En effet, Me Demba Ciré Bathily a dénoncé la posture des régies publicitaires. Selon lui, «elles font de la fraude fiscale. Elles se font des centaines de millions sur le dos des Sénégalais », a-t-il lancé.

Mais les avocats de la partie adverse ne voient pas le comportement de M. Dias du même œil, car, pestent-ils : «ce n’est parce qu’on est député qu’on a le droit de détruire les biens d’autrui».
Barthélémy Dias sera fixé sur son sort le 17 mars prochain. 

Ousmane Demba Kane

Vendredi 22 Janvier 2016 - 08:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter