Détention de l’Imam Alioune Ndao : l’Askai sur le front.

L’arrestation du Président de la Ligue régionale des imams et prédicateurs de Kaolack n’est pas du gout de l’Association de soutien et de coordination des activités islamiques (Askai). Ces membres ont tenu une réunion à Saint-Louis pour appeler l’Etat à la raison, et comptent porter secours au présumé terroriste mis aux arrêts depuis quelques jours



«L’Association de soutien de coordination des activités islamiques (Askai), conforme à ses principes fondateurs de défendre les intérêts de l’Islam, considérant le statut, la responsabilité et l’autorité de l’Imam dans la Oumah, considérant la forme d’interpellation spectaculaire dont a fait l’objet, un des membres de la communauté musulmane, manifeste sa grande inquiétude suite à son arrestation et sur les conditions de détention de l’imam Alioune Ndao, Président de la Ligue régionale des imams et prédicateurs de Kaolack, à qui l’Askai exprime son soutien et sa solidarité fraternelle et en appelle au respect de ses droits humains», a déclaré Mouhamadou Alioune Mbaye le secrétaire général de cette association.

Selon lui, il incombe à l’Etat de garantir la sécurité des populations, serait-ce d’un imam, d’autant plus que leur mouvement s’est toujours opposé à la violence : «L’Askai a toujours condamné la violence, Boko Haram et tout ce qui se passe dans le monde musulman concernant la violence. Et nous ne soutiendrons jamais que des musulmans tuent d’autres musulmans, quelle que soit la cause, même si ce sont des non musulmans. Mais l’Etat doit aussi veiller à l’intégrité des personnes qui sont dans les mosquées et qui œuvrent matin et soir pour la paix dans ce pays. L’Etat doit soutenir et remercier la communauté musulmane, dirigée par les khalifes et ne pas verser dans ces formes. Il faut que nous soyons édifiés sur son sort et sur les conditions de détention», lance Mouhamadou Alioune Mbaye.

Ousmane Demba Kane

Dimanche 1 Novembre 2015 - 09:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter