Détentions de Karim Wade: Les libéraux de Joal et Thiès menacent de rendre le pays ingouvernable

Les libéraux de Joal et de Thiès menacent de rendre le pays ingouvernable si Karim Wade n’est pas sorti de prison dans les plus brefs délais. Un ultimatum de sept jours a été donné au Président Macky Sall par l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl).



 Après l’appelle de l’Union des jeunesses travaillistes et libérales (Ujtl) de Dakar à la jeunesse Sénégalaise à faire du départ du président  Macky Sall une «priorité nationale». Jugeant « chaotique » la politique de l’actuel régime, ces jeunes du Pds (Parti démocratique sénégalais) comptent combattre Macky Sall et son gouvernement. Ces libéraux qui réclament la libération de Wade fils demandent aussi son dédommagement à la hauteur du préjudice subis.
 
En meeting à Joal Fadiouth les libéraux déclarent qu’il n’y aura pas d’élection en 2017, si leur mentor n’est pas libéré. «Il n’a pas sa place en prison. Parce qu’aujourd’hui, les Nations unis ont tranché une deuxième fois en faveur de notre candidat Karim Wade. Macky Sall aujourd’hui doit le libérer parce que sa place n’est pas en prison ».
 
Outre l’élargissement du célèbre détenu, les libéraux demandent aussi son dédommagement. « Nous invitons aujourd’hui le président de la République, au nom de tous les Sénégalais et au nom des Droits de l’Homme, à libérer notre candidat Karim Maissa Wade, et le plus vite possible. Et en même temps, il doit le dédommager en mesure du préjudice qu’il a subit », assènent-ils.  
 
Selon eux, si le chef de l’Etat fait la sourde oreille, « il n’y aura pas d’élection au Sénégal en 2017 quoi qu’il advient. Et en plus, notre pays encours les préjudices et sera la rusé de la communauté internationale ».
 
A l’instar des libéraux de Joal Fadiouth, ceux de Thiès vont plus loin en donnant un ultimatum de sept (7) jours au Président Macky Sall. «La libération de Karim Wade se trouve à deux niveaux : Soit, Macky Sall le libère en toute tranquillité. Là, il n’y aura aucun problème. Mais, s’il ne le libère  pas dans les sept premiers jours, on va rendre ce pays ingouvernable », menace Diaga Diaw et ses camarades.
 
 


Mardi 9 Février 2016 - 12:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter