Déterminés à "faire tomber le mur de la honte", Fadel Barro et Cie remettent ça le 19 avril



Entre le régime Sall et les membres du collectif pour la sauvegarde du littoral dont "Y'en a marre", il y a comme de l'électricité dans l'air car le bras de fer autour de la construction de l'Ambassade de Turquie est loin de clore. Après la marche non autorisée par le Préfet de Dakar et réprimée par les forces de l'ordre avec une vingtaine d'arrestations dont Latif Gomis qui dit avoir été torturé par les policiers, Fadel Barro et Cie envisagent de remettre ça.


Et ce, pas plus tard que ce samedi 19 avril. Le collectif du littoral qui continue de dire non au "mur de la honte", fustige l’attitude des gouvernants de se baser sur des lois irrégulières pour brader les terres du peuple sénégalais suite à l’octroi en échanges de bons procédés entre pays amis d’une partie de la corniche ouest à la Turquie qui veut y ériger une ambassade digne de ses relations avec le Sénégal. "Soucieux" de la préservation du bien collectif et du patrimoine national que représente le littoral, ce collectif qui regroupe plusieurs initiatives citoyennes compte organiser une marche pacifique le samedi 19 avril de 15 heures à 18 heures. Les marcheurs prendront départ devant la Poste de Médina pour finir leur marche devant l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD).


Et le coordonnateur du mouvement "Y'en a marre", Fadel Barro de jurer que l’Etat finira par revenir sur sa décision en soutenant: « Pour l’instant, il faut faire tomber le mur et le mur tombera". Ce, selon le journal "l'as", en plus d'une plainte contre le ou les policiers qui ont blessé Latif Gomis. Les policiers ont gardé le certificat médical de ce dernier mais le collectif va chercher un  autre certificat médical et l’affaire sera porté devant la justice. 


Mercredi 16 Avril 2014 - 12:20



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter