Diawara: «Ça fait super mal»

Les Marseillais ont très mal vécu leur cinquième défaite d'affilée face à Reims (2-3). Ils cherchent des solutions pour sortir de l'impasse.



Diawara: «Ça fait super mal»

Les Marseillais sont sortis un à un du vestiaire, visages graves et tendus, muets comme des carpes. Cette défaite concédée en toute fin de match contre Reims (2-3) les a assommés. «Elle fait super mal, confirme Diawara qui sera l'un des seuls à accepter de la commenter. On croyait avoir fait le plus dur en revenant à 2-2 mais ce but nous a tués. On aurait dû se contenter de ce nul...»

Le Sénégalais, en joueur expérimenté de Ligue 1, a reconnu beaucoup de fébrilité dans cette quête de la victoire à tout prix. Comme il y en avait dans cette composition d'équipe inédite avec cinq joueurs à vocation offensive et Mendy à la place de Morel, pourtant excellent mardi en Ligue des champions mais moins «offensif que lui.» Il n'y a pourtant aucun joueur qui a souhaité commenter ces choix. «On souhaite faire des résultats, l'envie est là mais on n'y parvient pas, souligne alors Mandanda. On fait quand même une bonne première mi temps, mais on prend deux buts, l'un par naiveté et l'autre par malchance. Derrière, on a une bonne réaction, et c'est cruel de perdre le match de cette manière. Après cinq défaites, on est déçu mais on ne doit pas lâcher.»

Kassim Abdallah, qui assure un intérim très difficile de Rod Fanni, s'est aussi arrêté pour prendre sa part de responsabilité sur le premier but. «J'assume entièrement, il est pour moi. Je ne vais pas invoquer mon peu de temps de jeu, nous avons un public exigeant mais on ne doit pas se cacher. Il nous reste à bosser encore et encore pour nous sortir de là

« C'est dur à encaisser »


La recherche de solutions pour s'extraire de cette mauvaise passe préoccupe tous les Marseillais, joueurs et dirigeants. Les discussions du groupe avec le coach cette semaine n'ont rien donné. Il ne reste donc selon eux, qu'à se replonger dans le travail. «C'est vrai que psychologiquement, on a pris un coup avec cette série de défaites, c'est dur à encaisser, confirme Souleymane Diawara. En plus, on connaît la ville, le club, on ne peut pas accepter ça. Maintenant il faut remettre le bleu de chauffe et se concentrer sur les trois points du prochain match. La semaine va être longue.» Personne à l'OM ne nie la crise mais tous clament un message de solidarité. «On doit tous prendre conscience qu'on est dans le dur, dit encore le capitaine olympien, il faut qu'on soit tous plus impliqués et plus costauds. Mais moi j'ai confiance dans cette équipe



Francefootball

Dimanche 27 Octobre 2013 - 10:12



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter