Différend FSF-arbitres : accord en vue pour la reprise des compétitions

Toutes les incompréhensions entre la Fédération sénégalaise de football (FSF) et la Commission centrale des arbitres ont été levées, a annoncé mardi le président de l’institut Diambars, Saër Seck, assurant que les deux parties vont se réunir pour un accord qui va permettre la reprise des compétitions de football, dans tout le pays.



Différend FSF-arbitres : accord en vue pour la reprise des compétitions
"Les positions se sont beaucoup éclaircies, un certain nombre d’incompréhensions ont été levées et, dans les prochaines heures, Augustin Senghor et Badara Mamaya Sène vont se retrouver en tête-à-tête avec le président Diagna Ndiaye’’, a-t-il dit.

Il s’exprimait au sortir d’une rencontre entre le président de la FSF, Augustin Senghor, et le président de la Commission centrale des arbitres, Badara Mamaya Sène, accompagné de son premier vice-président, Amadou François Guèye dit Francky.

Une rencontre qui s’est déroulé sous les auspices du ministre des Sports, Mbagnick Ndiaye, et en présence du président du Comité national olympique et sportif sénégalais (CNOSS), Mamadou Diagna Ndiaye.

La Fédération sénégalaise de football (FSF) avait suspendu pour deux ans le président de la Commission centrale des arbitres, Badara Mamaya Sène, ainsi que son premier vice-président Amadou François Guèye dit Francky.

En guise de soutien à leurs deux camarades, des arbitres de football affiliés aux 13 commissions régionales des arbitres (CRA) du Sénégal avaient boycotté les matches du championnat de football de ligue 1, et la coupe du Sénégal.

Selon M. Seck, l’accord qui devrait être conclu, entre la Fédération et les arbitres va permettre de "pacifier le football afin que son déroulement, dans l’étendue du territoire, puisse reprendre dans les meilleures conditions possibles’’. "[…] Il manque un certain nombre de détails qu’ils vont, peut être, directement gérer entre eux’’, a-t-il dit.

Le président de l’institut Diambars a estimé qu’il est nécessaire de laisser les deux parties trouver une solution de manière à revenir à une situation paisible, pacifique et normale. "La chose la plus difficile dans une incompréhension est que les gens se parlent aujourd’hui. Ils ont discuté et l’accord a été décidé par eux’’, a-t-il expliqué.

"Si nous sommes d’accord avec cette démarche, c’est que nous n’avons aucun doute que cela va permettre, non seulement de lever définitivement les détails, mais de poser l’ensemble des questions de fond et de leur trouver des solutions de manière à ce que nous puissions reprendre le fonctionnement et le cours normale de nos compétitions’’, a-t-il soutenu.
Source: APS


Mercredi 8 Mai 2013 - 03:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter