Diplomatie sénégalaise-Nominations politiques : Le ministre des affaires étrangères minimise et indexe Wade

Loin de connaître une épilogue, la guéguerre au niveau de la diplomatie sénégalaise s’intensifie. Aux diplomates de carrière qui dénoncent les nominations partisanes et recasement de retraités qui ont déjà servi dans une autre profession, le ministre des affaires étrangères, Mankeur Ndiaye est sorti de sa réserve pour apporter des précisions de taille. «Ce n’est qu’un petit groupe de quelques personnes qui se permettent de faire des communiqués et de les jeter comme ça. Rien ne se passe et rien ne se passera», a-t-il sèchement répliqué avant de s’en prendre au président sortant Wade qui selon lui, «a fait des réformes qui ont complètement déstructuré et déstabilisé le fonctionnement du ministère».



Diplomatie sénégalaise-Nominations politiques : Le ministre des affaires étrangères minimise et indexe Wade

«Ce n’est qu’un petit groupes de personnes qui se permettent de faire des communiqués et de les jeter comme ça qui peut créer une fronde. Il ne se passe rien et rien ne se passera. Ce n’est pas juste, ce n’est pas sérieux. 99,99 % des agents du ministère se démarquent d’un certain nombre d’attitudes et de positions. Si c’est un acte politique, il y aura une réponse politique», a répondu le ministre des affaires étrangères, Mankeur Ndiaye qui est loin d’en avoir fini face aux attaques des «diplomates de carrière ».

« Toutes les nominations  sont politiques parce que faites par l’autorité politique. La diplomatie est une affaire sérieuse. De ce, il faut faire les choses avec le maximum de courtoisie et de discipline. On ne peut pas faire comme tout le monde qu’on est diplomate », a-t-il renchérit, hier, lors de l’ouverture de la 3ème réunion de l’accord Franco-sénégalais sur la gestion et le suivi des flux migratoires, livre le journal, «Le Populaire ». Sur les colonnes duquel, il s’est dit «ouvert au dialogue» , avant de s’en prendre à l’ancien président de la République qui, par «des réformes, a déstructuré et déstabilisé le fonctionnement du ministère » dans la mesure où selon le ministre, «c’est dans notre pays seulement qu’on est nommé premier conseiller dans une ambassade deux ans après être sorti de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) »



Mardi 14 Mai 2013 - 10:57



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter