Direct Assemblée nationale DPG : "Le combat pour la rupture continue", selon Cheikh Diop Dione

La crise qui secoue le groupe de la majorité parlementaire Benno Bokk Yaakaar (BBY) s’invite à la Déclaration de Politique Générale (DPG) d’Aminata Touré. Cheikh Diop Dione, le fameux candidat contre Moustapha Niasse malgré la consigne de vote du président Sall en faveur du leader de l’Alliance des Forces du Progrès (AFP) qui en reparle ce lundi ne manque pas de préciser que le « combat pour installer la rupture au niveau de la représentation nationale est loin d’être terminé ».



Direct Assemblée nationale DPG : "Le combat pour la rupture continue", selon Cheikh Diop Dione
« La sanction est levée depuis très longtemps. Celui qui avait décidé de me sanctionner a convoqué une autre réunion pour m’en informer. A chaque réunion, je suis convoqué. Je suis même sur la liste des députés qui prendront la parole au cours de la DPG » dit Cheikh Diop Dione qui précise en effet que sa candidature  était loin d’être une candidature juste pour se faire voir mais un acte annonciateur de la volonté d’installer la rupture qu’attendent les sénégalais.

 « On ne pas dire que tout est terminé. C’est ma candidature qui est au centre des débats. Je portais une lutte pour la rupture à l’Assemblée nationale. Dans son fonctionnement, il y a des manquements que nous avions promis de faire disparaître à notre avènement avant la présidentielle de 2012. On a ses promesses qu’on doit tenir vis-à-vis des populations qu’on doit satisfaire. C’est pour cette rupture  qu’on  a déclenché la bataille et elle continue. On y est jusqu’à ce que Dieu nous donne la victoire ou nous fait comprendre que ce n’est dans notre génération ».

Cheikh Diop Dione qui se prononce sur l’indemnisation des députés Mbaye Ndiaye et Moustapha Cissé LO lâche. "On a convoqué aucun député pour parler de cette mesure. Les membres du bureau idem. Qui selon vous a pris la mesure, si ce n'est celui qui est près de la caisse, personne d’autres. A l’Assemblée nationale, on est en démocratie, le président ne doit pas se comporter en monarque, décider seul sans aucune concertation avec les députés" sur les ondes de la Rfm.



Lundi 28 Octobre 2013 - 12:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter