[Direct] Opération à Saint-Denis: encore un forcené retranché

Des tirs nourris ont été échangés ce mercredi à Saint-Denis, lors d'une opération de la sous-direction antiterroriste et du Raid, lancée avant l'aube dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. Ce dispositif visait notamment le coordinateur des attaques, Abdelhamid Abaaoud. Au moins deux terroristes présumés ont été tués, dont une femme qui s'est fait exploser. Un forcené serait toujours retranché dans un appartement.



09h50 : Des contrôles policiers sont en cours à toutes les portes de Paris, donnant accès au département de la Seine-Saint-Denis (93). Une femme, jointe par RFI, a ainsi été fouillée, alors qu'elle circulait à vélo avec son enfant. A Saint-Ouen, une journaliste de RFI a constaté que les hélicoptères avaient néanmoins cessé tout survol de la zone.

09h30 : Alors que l'opération des forces de l'ordre à Saint-Denis est toujours en cours, Nicolas Sarkozy a sévèrement attaqué le gouvernement français, déplorant « trop de temps perdu » depuis les attentats de Charlie Hebdo, a déclaré le président du parti Les Républicains dans un entretien publié par le journal Le Monde.

09h25 : Au moins trois policiers ont été blessés au cours de l'assaut.

 
 

9h20 : Au moins cinq personnes ont été placées en garde à vue : trois des occupants de l'appartement, ainsi qu'un homme et une femme, arrêtés à proximité immédiate de l'appartement assiégé, a précisé le parquet de Paris.

9h00 : Le parquet de Paris confirme la mort d'une femme kamikaze. Celle-ci a « activé son gilet explosif au début de l'assaut », donné vers 4h20 mercredi dans un appartement de Saint-Denis

8h30 : Le Premier ministre, Manuel Valls, et le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, sont autour de François Hollande, dans le bureau du chef de l'Etat, à l'Elysée. Ils suivent l'opération antiterroriste en cours à Saint-Denis.

Tout a commencé vers 4h10, lorsque des coups de feu nourris ont été échangés dans la rue. Une vingtaine de policiers étaient sur place. Puis, la fusillade s’est déplacée rue de la République, à proximité de la mairie de Saint-Denis, où trois terroristes se sont retranchés dans un appartement, a précisé notre reporter, Franck Alexandre.

8h20 : Les forces de l'ordre effectuent des fouilles dans les véhicules, y compris des deux roues, à l'entrée de Paris, porte de Clignancourt, a constaté un témoin joint par RFI. La circulation est donc ralentie dans cette zone, à cause de ce dispositif. Par ailleurs, une journaliste de RFI a constaté que des hélicoptères volaient si bas aux entrées de Paris, qu'on « pouvait voir leurs occupants », laissant ainsi l'impression qu'ils « cherchaient quelque chose ».

7h40 : Selon la chaîne I-Télé, deux terroristes présumés ont été tués, dont une femme, qui se serait fait exploser.

7h25 : L’assaut a été donné puisqu’il y a quelques dizaines de secondes au moins une vingtaine de très fortes détonations se sont fait entendre en plein centre-ville, a constaté notre envoyé spécial sur place, Franck Alexandre.

Des renforts militaires ont par ailleurs été déployés sur la zone, à l'entrée du périmètre de sécurité.

7h00 : Au moins une personne aurait été tuée dans cette opération antiterroriste en cours, dans la banlieue nord de Paris, ont précisé des sources policières.

6h50 : Le coordinateur présumé des attentats, Abdelhamid Abaaoud, que l'on pensait à Raqqa en Syrie, serait la cible de l'assaut à Saint-Denis, selon des sources policières. Avec lui, l’un des membres du commando de la rue de Charonne serait également présent, précise Franck Alexandre.

Abdelhamid Abaaoud est l’un des visages les plus connus du jihad francophone. Il s'était plusieurs fois affiché en Syrie. Et pourtant, il serait parvenu à revenir en France pour y coordonner des attentats.

6h45 : Une nouvelle détonation a été entendue par des témoins, après quelques minutes de pause.

6h30 : Stéphane Peu, maire adjoint de Saint-Denis, a précisé que les transports en commun (métro, bus et tramways) du centre-ville étaient suspendus et que les écoles du quartier resteraient fermées ce mercredi.

 

6h20 : Selon les images diffusées par la chaîne I-Télé, des riverains ont été évacués et hébergés dans la mairie de la ville.

Plusieurs hélicoptères survolent la zone, a constaté Franck Alexandre. Les policiers du Raid sont lourdement équipés, de casques et de gilets pare-balles, et des lampes torches balaient les façades des immeubles.

6h00 : Selon la chaîne d'information I-Télé, deux à trois personnes seraient retranchées dans un appartement de la rue de la République à Saint-Denis, non loin du Stade de France, où l'une des attaques terroristes de vendredi a eu lieu. Les tirs ont marqué une pause, selon des témoins sur place, cités par la chaîne de télévision française.

Dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris, deux des auteurs présumés sont activement recherchés, Salah Abdeslam et un second fugitif encore non identifié. Ils auraient côtoyé un jihadiste belge qui vivrait en Syrie, Abdelhamid Abaaoud, possible coordinateur présumé du carnage.

5h45 : Des policiers ont été blessés au cours de l'assaut donné à Saint-Denis, au nord de Paris. La préfecture demande aux riverains de ne pas sortir de chez eux. Des tirs nourris ont été entendus pendant près d'une heure et demie.

5h30 : Des riverains ont affirmé à l'Agence France-Presse que les tirs avaient repris. La France est en état d'alerte maximal après les attentats jihadistes de vendredi soir à Paris et au Stade de France, à Saint-Denis, qui ont fait 129 morts et plus de 350 blessés.

5h30 : Une fusillade a éclaté dans la nuit de mardi à mercredi à Saint-Denis, au nord de Paris, lors d'une intervention policière antiterroriste. Il s'agirait d'une opération en lienavec les attentats qui ont endeuillé la France vendredi soir. Les pompiers sont intervenus en soutien du Raid à partir de 04h31 « pour un groupe armé retranché dans un appartement ».
source:rfi.fr


Dior Niang

Mercredi 18 Novembre 2015 - 08:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter