Direct Procès Karim: "On m'a dit que si je ne disais pas telle chose, on allait me confisquer mon passeport", Pierre Bourdieu Agbogba



A la suite de Karim Wade, Pape Mamadou Pouye, Mbaye Ndiaye, c'était autour de Pierre Bourdieu Agboba de se présenter à la barre ce mardi  pour répondre des faits de complicité qui lui sont reprochés dans le dossier du fils du président sortant Wade. En plus d'avoir fait savoir qu'il ne reconnaissait pas les faits, il a expliqué les différentes péripéties de sa mise en accusation.


« C'est au courant de novembre 2012 que ma famille m'a informé que je suis mêlé à des problèmes à Dakar. Qu'il s'agit d'un supposé détournement de milliards de M Karim Wade dont je suis le complice. Les choses ont continué sur internet, atteignant ma famille, mes amis. C'est à la suite de cela que je me suis venu à Dakar pour voir ce qu'il en était. Le lendemain, on m'a servi une convocation...

Grande a été ma surprise lorsque le 14 décembre au moment où je voulais aller passer la fin d'année avec ma famille, ils m'ont interdit de sortir du Sénégal et cantonné à l'hôtel pendant quatre (4) mois. Ensuite c'est la Maison d'Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss poursix (6) mois... Après, c'est la liberté provisoire et depuis je n'ai pas vu ma famille, mes enfants, mon épouse. Cela fait 21 mois que je suis à Dakar. J'ai perdu des proches parents et je n'ai pas osé demander l'autorisation de s'y rendre car je ne voulais pas subir l'humiliation », témoigne Pierre Bourdieu Agbogba.


En ce qui concerne son passage devant les enquêteurs, ce n'était pas de tout repos, renseigne-t-il. « J'ai été convoqué dans une confrontation à 10 heures du matin, on m'a fait s'asseoir sur une chaise dans un couloir jusqu'à 18 heures. Et le mois de décembre vous savez bien qu'il fait très froid. Enfin la personne avec qui on doit me confronter arrive avec son grand boubou habillé comme un roi, vers 18 heures. 


Dans la discussion dès que je parlais, on criait tout le temps sur moi, « Elimanel a dit ceci, cela...». Vers 19 heures on me disait, si vous ne dites pas telle chose, on va prendre votre passeport etc... A 19 heures Elimanel est parti, me laissant là-bas et l'interrogatoire à continuer comme ça jusqu'à 22 heures. Je suis restait de 10 heures du matin jusqu'à 22 heures sans boire de l'eau pourtant, je souffrais de vertiges qui faisait que je ne pouvais pas restait longtemps sans boire de l'eau. Ne pouvant plus tenir, ainsi, je leur ai demandé de prendre la déposition qu'il voulait ». 


Déclinant son parcours, il renseigne qu'il est sorti comme ingénieur de l'École nationale des arts et métiers, chef de services procédures et exploitation à Air Afrique puis chef de département escale ensuite sous-directeur des opérations au sol. En 1997, il devient directeur du Système d'exploitation des télécommunications. Et enfin responsable de la gestion du fonctionnement de la Compagnie jusqu'à son dépôt de Bilan. J'ai été contacté par M. Ibrahim Aboukhalil pour l'aider à démarrer les activités de sa nouvelle société.


Mardi 9 Septembre 2014 - 19:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter