Direct Procès Karim Wade : Profils des cinq juges de la CREI ?



Direct Procès Karim Wade : Profils des cinq juges de la CREI ?
Elle a été sortie des oubliettes pour la traque aux biens présumés mal acquis. Elle, c’est la Cour de Répression de l’Enrichissement Spéciale (CREI). Une juridiction spéciale  créée par la loi 81-54 de juillet 1984. La cour qui accueille aujourd’hui Karim Wade, ancien ministre placé sous mandat de dépôt depuis le 17 avril 2013,  est une juridiction homogène. C’est-à-dire composée uniquement de juges professionnels. Ils sont au nombre de 5 choisis parmi leurs pairs dont un (1) président épaulé par 4 assesseurs.

Henry Grégroire Diop est le maitre des séances. Il est assisté  dans sa mission par Hamath Diouf, Emmanuel Correa, Magatte Diop et Yaya Amadou Diop.

Selon le journal « Enquête », Henry Gregoire Diop, Hamath Diouf et Emmanuel Correa  sont des magistrats  ayant blanchi sous le harnais et ont la réputation d’être à cheval sur leurs principes.  Dire le droit est en à croire nos confrères leur seul crédo.

Le président de la CREI, Henry Gregoire Diop, président de la Cour d’appel de Kaolack, est décrit comme un juge « sérieux pondéré et professionnel». Un juge jusqu’au bout des ongles.

Yaya Amadou Dia est lui peint sous les traits d’un magistrat  « réservé et proche de la lettre ». Yaya Dia est aussi président du Tribunal Régional de Tamba.

Hamath Diouf lui est un ancien commissaire de police devenu juge. Il est « ouvert et sérieux  dans le travail».

Quant à Emmanuel Correa, ses collègues soutiennent qu’il figure parmi les «  magistrats les plus intègres. La rigueur, le juge Diouf en a fait sa devise.

Ces quatre (4) juges rompus à la tâche  auront à leurs côtés  un  juge plus jeune,  Magatte Diop. Le benjamin de la CREI est par ailleurs président du Tribunal Régional de Fatick et vice-président de l’Union des Magistrats Sénégalais (UMS). Ce syndicaliste dans l’âme est «  très soucieux  de la justice et de l’équité ». Il est aussi présenté comme un homme sérieux. Parmi ses faits ‘armes on peut citer l’affaire  Diombass Diaw.


Jeudi 31 Juillet 2014 - 14:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter