Direct Procès: la lettre de Karim Wade entre les 2 tours de la Présidentielle de 2012 qui entache Daport



Du nouveau à la salle 4 du Palais de justice qui abrite le procès du fils du président sortant Wade depuis le 31 juillet dernier. Le procureur spécial de la CREI (Cour de Répression de l'Enrichissement Illicite) a pris la suite des membres de la Cour pour procéder à l'interrogatoire de Mbaye Ndiaye, ancien Dg de l'Agence des Aéroports du Sénégal (ADS). Bien qu'ayant soutenu connaitre Karim Wade dans le cadre professionnel, il reconnait devant le parquet spécial, qu'avant 2009, il a rencontré Karim Wade au palais dans le cadre de réunions concernant l'Aéroport International Blaise Diagne (AIBD). « Je maintiens ces propos », lance Mbaye Ndiaye qui poursuit. 


« J'ai reçu une correspondance datée du 8 février 2012 de M. Karim Wade qui me demande de procéder au plus tard le 06 du mois de mars 2012 au payement 445 millions de la société Daport » reconnait le présumé complice du célèbre prisonnier Sénégalais, suite au rappel du parquet. Mais il renseigne que cette somme n'a jamais été décaissée par Daport. Selon le procureur, le montant global versé par les ADS à la société privée Daport tourne autour de 2 milliards 600 millions entre 2009-2011. Ainsi, le parquet spécial renseigne que, des agents des ADS ont soutenu que Daport n'a rien fait sur la plateforme aéroportuaire, à part le stage en Allemagne. « Les personnes qui l'ont dit vont venir défiler ici durant le procès pour répéter leur propos. C'est par exemple, Pape Diène Séne », lance le procureur spécial Alioune Ndao.



« J'ai demandé à ce qu'on interroge d'autres agents, ce qui n'a jamais été fait. Et je vous certifie que tous les gens qui ont participé au stage sont des directeurs de structures avec des Bac plus 6 ou 7. Rien que pour avoir éviter à l'aéroport d'être déclassé et de se conformer aux normes de l'IATA, la société Daport mérite les sommes que nous lui avons versées », rétorque  Mbaye Ndiaye pour sa défense. Montant au créneau, les avocats de Karim de souligner qu'au vu, il ressort que la convention entre le Daport et les ADS a été signée sous l'autorité du ministre d'Etat Habib Sy, donc bien avant l'arrivée de leur client à la tête du ministère des Transports aériens. Selon la défense de Wade-fils et ses co-prévenus, la convention avec Daport, l'aéroport était classé au niveau D sur une échelle qui va de A à E. La meilleure note étant A qui n'est obtenue que par quelques grands aéroports dans le monde. Et depuis la signature de la convention, l'aéroport est passé à la classification de niveau C et est en passe de transfert vers B.


Lundi 8 Septembre 2014 - 17:37



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter