Direct – Référendum Thiès : Pour Idrissa Seck la faible affluence notée est synonyme de "rejet"

C’est un Idrissa Seck encore très corrosif qui est parti voté à Thiès. Après avoir accompli son devoir citoyen, le président du Parti Rewmi a déclaré que Macky Sall s’est servi de la fonction présidentielle comme maitre chanteur pour exiger des maires à travers le Sénégal de le soutenir contre les projets de l’Etat. Pour lui, il faut juste décrypter cette faible affluence comme un «rejet du référendum» par les citoyens.



Idrissa Seck in extenso: "Ce référendum aurait du être un grand moment de communion entre tous les Sénégalais autour d’un projet largement discuté et accepté. Malheureusement nous avons le regret de constater qu’à la place de communion, cela a été l’occasion d’une très grande division dans le pays. Et cela est de la responsabilité exclusive du président de la République qui s’est transformé en chef de clan, se mettant exclusivement au service de son parti, menaçant tous les autres sénégalais qui lui disent non.
 
Il s’est servi de la fonction présidentielle comme maitre chanteur pour exiger des maires à travers le Sénégal de le soutenir contre les projets de l’Etat. Ceux qui ont refusé sont menacés de ne plus obtenir de financement de l’Etat. C’est tout à fait regrettable.
 
Je pense que ce référendum a été organisé finalement dans la précipitation et sans concertation que pour masquer le déshonore d’un homme qui s’est renié, qui s’est dédit après plusieurs années, notamment quatre années d’engagements répétés au Sénégal et dans le monde.  Nous trouvons cela regrettable.
 
Si on y ajoute les scènes de violence, les achats de conscience, cela entache la démocratie sénégalaise et compromet notre exemplarité en matière électorale dans le monde.
 
La faible affluence dénote un rejet du référendum. Le président de la République a raté une belle occasion d’unir son peuple autour d’un projet concerté. Ils sont tellement dégoutés par le comportement constaté qu’ils ont le sentiment que le président ne mérite même pas qu’on réponde à son appel. Toutefois, C’est aussi une belle occasion pour chaque citoyen de lui adresser activement un avertissement solennel en allant voter «Non» à son projet pour lui signifier qu’en 2016 les populations d’Afrique n’accepteront plus de leurs dirigeants n’importe quoi. On ne peut pas être chef d’Etat et mentir à son peuple allégrement, se renier, se dédire impunément. Ce n’est plus possible.
 
Je pense que la meilleure manière de le lui signifier c’est de sortir et d’aller voter". 

Jean Louis DJIBA

Dimanche 20 Mars 2016 - 12:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter