Direct: les suspects de l’attentat de Charlie Hebdo cernés

Après l'attentat contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, qui a fait 12 morts mercredi 7 janvier, les forces de l'ordre mettent tout en oeuvre pour interpeller les frères Kouachi, principaux suspects de l’attaque. Ce vendredi matin, les forces de l'ordre ont échangé des coups de feu et se sont lancés dans une course-poursuite sur la Nationale 2 en Seine-et-Marne avec deux suspects qui pourraient être les frères Kouachi. Ceux deux suspects sont à l'origine d'une prise d'otage dans une entreprise Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne. Une opération est en cours pour les neutraliser.



L'ESSENTIEL

■ Les recherches. Ce vendredi matin, les forces de l'ordre ont échangé des coups de feu et se sont lancés dans une course-poursuite sur la Nationale 2 en Seine-et-Marne avec deux suspects qui pourraient être les frères Kouachi, soupçonnés d'avoir perpétré la tuerie à Charlie Hebdo. Les deux hommes sont retranchés dans une entreprise de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne avec un otage. Une opération est en cours pour les neutraliser.

■ L'enquête. En parallèle, l’enquête se poursuit. Neuf personnes de l'entourage des suspects ont été placées en garde à vue. Par ailleurs, une « connexion » a été établie entre les auteurs présumés de l'attentat de Charlie Hebdo et le suspect de la fusillade de Montrouge (Lire ici notre article sur le sujet)

■ Les hommages. Les hommages aux douze personnes tuées dans l’attaque se poursuivent partout dans le monde. Les représentants de la communauté musulmane de France ont appelé les imams de toutes les mosquées du pays à « condamner avec la plus grande fermeté la violence et le terrorisme » lors de la prière de ce vendredi.

■ Des marches républicaines. Dimanche, de nombreuses marches républicaines sont prévues à l'appel des principaux partis républicains de tous bords, de syndicats, d'associations et des grandes fédérations musulmanes. Mais l'unité nationale annoncée s'est fissurée, Marine Le Pen dénonçant l'exclusion du Front national.


Article régulièrement actualisé  (cliquez ici pour actualiser )

12h40 - Une mosquée taguée à Bayonne : Des inscriptions racistes et haineuses faisant référence à l'attentat contre Charlie Hebdo ont été inscrites dans la nuit de jeudi à vendredi sur la mosquée de Bayonne.

12h35 - Les hôpitaux en alerte : Le ministère de la Santé a demandé aux hôpitaux franciliens et de Picardie de se tenir prêts à déclencher le « plan blanc », pour faire face à l'arrivée éventuelle de blessés.

12h20 - Situation « gelée » : Sur place, l’assaut n’a toujours pas été donné, la situation semble « gelée », constate notre envoyé spécial à Dammartin-en-Goële, Simon Rozé. Les hélicoptères qui survolaient la zone se sont posés au sol.

12h15 - François Hollande reçoit les différents dirigeants politiques : Le président François Hollande est de retour à l’Elysée depuis une quinzaine de minutes. Il s’était rendu place Beauvau, au ministère de l’Intérieur, à quelques mètres du palais présidentiel. Il poursuit ses consultations avec les différents dirigeants politiques. Il reçoit actuellement le président du Modem (centre), François Bayrou, nous rapporte notre envoyé spécial, Pierre Firtion.

12h05 - Légers retards à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle : Le plan de vol des avions décollant et atterrissant à l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle est perturbé en raison de la proximité géographique du site avec Dammartin-en-Goële où une prise d'otage est en cours. De légers retards sont à prévoir

12h - Une place « Je suis Charlie » en Charente : Une place de la commune de La Tremblade, près de Royan, sera baptisée « Je suis Charlie ». « Cela permettra d'inscrire cette mémoire dans le temps, et chaque année nous aurons peut-être l'occasion de fleurir la place et rappeler ce qui s'est passé », a indiqué le maire de La Tremblade, Jean-Pierre Tallieu (UDI).

11h45 - « Tous les citoyens peuvent manifester » : François Hollande a tenté d'éteindre la polémique sur la présence du Front national à la manifestation de dimanche en disant que c'était aux citoyens de décider de défiler ou non à la mémoire des victimes de la tuerie de Charlie Hebdo. « Si des forces politiques, des forces syndicales ont appelé à une manifestation, c'est leur responsabilité mais ce sont les citoyens qui décident d'aller ou de ne pas aller dans les manifestations. Tous les citoyens peuvent venir dans les manifestations, il n'y a pas de contrôle. »

11h40 - « Refuser les surenchères » : François Hollande a appelé à « refuser les surenchères, les stigmatisations, les caricatures les plus désolantes ». « Rassurer la population, c'est lui dire qu'elle vit dans un état de droit, et avec la volonté d'être ensemble, de refuser les surenchères, les stigmatisations, les caricatures les plus désolantes, et de faire que tous nos concitoyens puissent être ensemble, dans la République », a-t-il déclaré.

11h30 - Le suspect de la fusillade de Montrouge connaîtrait les frères Kouachi : Le suspect de la fusillade de Montrouge, près de Paris, qui a coûté la vie à une policière municipale jeudi, a été identifié et deux personnes ont été interpellées. Selon France 2, cet hommes et les frères Kouachi « se connaissent ». (Lire notre article sur le sujet)

11h15 -  40 km : « Nous sommes ici à une quarantaine de kilomètres du secteur où les deux suspects avaient été repérés hier matin. Et nous sommes à mi-chemin entre ce secteur et la capitale, explique notre envoyé spécial à Dammartin-en-Goële, Daniel VallotSelon un scénario qui reste à confirmer bien sûr, les deux hommes auraient volé une voiture avant de tomber sur un barrage. »

 

Pascal FournaiseTémoin09/01/2015 - par Piotr MoszynskiÉcouter

11h10 - « On est surpris » : L’entreprise de Pascal Fournaise se situe à quelques mètres des lieux de l’intervention des forces spéciales. RFI a pu le joindre il y a quelques minutes. Il raconte : « L’ensemble de [mon]personnel reste à l’intérieur de l’entreprise, et on a fermé tous les accès. […] On est surpris d’une intervention aussi puissante, mais il n’y a aucune panique. »

 11h05 : Selon notre journaliste Pierre Firtion, le président français François Hollande doit se rendre au ministère de l'Intérieur afin de « faire le point sur les opérations en cours ».

11h : Les quatre personnes qui ont été grièvement blessées mercredi lors de l'attaque contre Charlie Hebdo sont encore en « situation d'urgence », « mais leur vie n'est plus en danger », a indiqué le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Les sept autres blessés, plus légèrement atteints, sont sortis de l'hôpital.

10h50 - Une personne retenue en otage : De sources policières, les deux suspects retiendraient une personne en otage.

10h45 - Les frères Kouachi seraient bien à l'origine de la prise d'otage : Les forces de l'ordre ont la « quasi-certitude » que les deux hommes retranchés dans l'entreprise de Dammartin-en-Goële sont bien les frères Kouachi, a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

10h30 -De nouvelles mesures contre le terrorisme : Manuel Valls a affirmé qu' « il sera sans doute nécessaire de prendre de nouvelles mesures » pour répondre à la menace terroriste, après l'attentat contre Charlie Hebdo. « Nous sommes dans une guerre contre le terrorisme. Nous ne sommes pas dans une guerre contre une religion, contre une civilisation », a ajouté le Premier ministre, à l'occasion d'une réunion des préfets au ministère de l'Intérieur.

10h15 - Opération en cours : Une opération est en cours pour « neutraliser les auteurs » de l’attentat contre Charlie Hebdo, a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

 

 

10h : Deux hommes pouvant correspondre au signalement des frères Kouachi sont à l'origine de la prise d'otage de Dammartin-en-Goële. L'entreprise concernée est une petite société spécialisée dans l'impression et la publicité.

9h50 : Selon des informations de RTL et duParisien,  les coups de feu tirés à Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) auraient fait deux morts et 20 blessés. L'information a été démentie par le parquet de Paris.

9h30 - Prise d'otage : Une prise d'otage est en cours dans une entreprise de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne. Le nombre de personnes prises en otage n'était pas encore connu. 

Les coups de feu se sont produits à hauteur de cette commune, située à environ une demi-heure de route de la zone où les fugitifs étaient recherchés depuis jeudi.

9h20 - Course-poursuite : Les forces de l'ordre ont échangé des coups de feu et se sont lancés dans une course-poursuite sur la Nationale 2 en Seine-et-Marne avec deux suspects qui pourraient être les frères Kouachi.

8h30 - La traque reprend : La traque policière pour retrouver les frères Kouachi reprend dans une zone de plusieurs kilomètres de diamètre qui s'étire de Villers-Cotterêts à Soissons, en Picardie. « Les recherches vont reprendre, notamment dans les zones boisées », a expliqué à l'AFP une source policière.

 

Depuis jeudi 8 janvier, les forces spéciales de la police et de la gendarmerie traquent les deux principaux suspects de l'attentat contre Charlie Hebdo à Corcy, dans l'Aisne (nord-est de la France).AFP PHOTO / FRANCOIS LO PRESTI

 

Sur les routes du secteur de Longpont, militaires et gendarmes continuent de filtrer les accès, fusil en bandoulière, arrêtant tous les automobilistes qui quittent le village pour se faire ouvrir les coffres de voitures. Sur la RN2 avoisinante, reliant cette zone à Paris, des camions de gendarmes sont postés, et des gendarmes effectuent des rondes avec des lampes torches. Un barrage de police, tenu par des troupes d'élite cagoulées et lourdement armées, filtrait les accès à la forêt domaniale de Retz, où s'étaient concentrées les opérations la veille.

 8h10 - La soeur des suspects en garde à vue : Parmi les 9 gardés à vue dans le cadre de l’enquête sur l’attentat, il y a la sœur de Chérif et Saïd Kouachi et les femmes des deux frères, révèleFrance Info .

8h : tous les vendredis, à 7h50, Bernard Maris tenait une chronique sur France Inter. La radio a rendu hommage à l’économiste ce vendredi matin dans une chronique spéciale.

7h - Les blessés : Parmi les onze personnes blessées dans l'attaque, sept sont sorties de l'hôpital, a annoncé l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France dans un communiqué. Les quatre blessés encore hospitalisées jeudi sont dans un état grave, mais leur pronostic vital n'est plus engagé, selon des informations diffusées par le journal Le Monde. Ainsi, le dessinateur Riss, le journaliste Fabrice Nicolino, et l’écrivain Philippe Lançon sont hors de danger. L'état du jeune webmaster du site du magazine, Simon Fieschi, est plus inquiétant, rapporte le quotidien.

5h : L'hôtel-casino Paris de Las Vegas, réplique miniature de la capitale française, a lui aussi voulu marquer sa solidarité avec Charlie Hebdo et a éteint les lumières de sa tour Eiffel pendant six minutes en hommage aux victimes. « Nous sommes solidaires avec Paris dans le deuil des victimes de l'attaque contre Charlie Hebdo », dit le casino sur son compte Twitter en annonçant sa décision. La vraie tour Eiffel s'est pour sa part éteinte quelques instants à 20h avant d'être progressivement rallumée.

2h : Le chef du MI5, le service de renseignement intérieur britannique, a déclaré qu'un groupe islamiste extrémiste se trouvant en Syrie projetait « des attentats de grande ampleur » en Occident. Andrew Parker a évoqué le risque d'attaques qui pourraient être commises par des combattants revenant de Syrie.

0h30 : Le président américain Barack Obama s'est rendu à l'ambassade de France à Washington pour rendre hommage aux victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo. « Vive la France », a-t-il écrit dans le livre de condoléances.


Rfi

Vendredi 9 Janvier 2015 - 13:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter