Direct procès Habré: Fatimé Toumlé, une veuve à la barre



Direct procès Habré: Fatimé Toumlé, une veuve à la barre
Suspendue jeudi dernier, le procès d’Hissein Habré a repris ce lundi matin avec un nouveau témoin à la barre. Il s’agit de Fatimé Toumlé qui charge l’accusé. «Tous ceux qui été pris ne ressortaient jamais de la DDS» (Direction de la Documentation et de la Sécurité), accuse la veuve qui se présente comme une victime indirecte des massacres et exactions commis sous le règne du prédécesseur d’Idriss Déby Itno.

 
Fatimé Toumlé narre comment elle a appris l’exécution de son mari Haroun Godi. Selon les propres termes de la veuve, le communiqué officiel du gouvernement est passé à la radio (nationale) disant que «le traître Haroun Godi a été exécuté». «C’est comme si on m’avait versé de l’eau glacée sur la tête », explique-t-elle. «Au courant, les enfants se sont retirés pour pleurer », précise Fatimé Toumlé qui martèle que «tous ceux qui ont été pris en 1987 sont morts ». «C’est une génération qui a été sacrifiée pour en faire des enfants de la rue », enfonce la veuve d'ethnie Hadjaraï. 


« Pourquoi la guerre ? », s’interroge Fatimé Toumlé qui assène que c’est avec l’avènement d’Hissène Habré qu’il y a eu ces notions Nord et Sud mais avant il n’en était rien. Feu Haroun Godi était secrétaire d’Etat, rang de ministre en 1984. Auparavant, il était diplomate, chargé culturel et chargé d’Affaires, sert sa veuve qui parle "d'exécution extra-judiciaire". 

 


Lundi 5 Octobre 2015 - 10:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter