Direct procès Habré: échanges houleux entre la défense et le «neveu de Déby»



C’est peu de le dire, les témoins et les avocats de la défense se regardent en chiens de faïence. Cette fois-ci, tout est parti de la question de Me Mounir Ballal, l’un des trois avocats commis d’office par les Chambres Africaines Extraordinaires (CAE) pour assurer la défense de l'accusé Hissein Habré. La robe noire demande au témoin Zakaria Fadoulkitir s’il a «trois prénoms». La réponse tombe sèchement: «En quoi cela vous concerne-t-il ? ». Eclats de rire dans la salle. Me Ballal poursuit toutefois. Il s’intéresse au «procès-verbal dressé par les autorités de la police judiciaire Tchadienne, le 29 août 2013 ». «J’ai refusé d’être interrogé par un agent Tchadien parce qu’à ma première audition, il y avait beaucoup d’erreurs », tient à préciser le témoin. La question close, le conseil rebondit sur une déclaration de Zakaria Fadoulkitir à savoir qu’il a perdu sept (7) frères et sœurs de même père et mère.



Mais face à la défense, le témoin indique qu’il a cinq (5) frères et sœurs de même père et mère. Dans cet ordre d’idées, Zakaria Fadoulkitir précise que son père était un «super polygame marié à douze (12) épouses». «On parle français M. Zakaria, j’ai là un procès-verbal fait en présence d’agents Sénégalais et vous dites qu’il y a eu mes sept frères qui ont disparu », soulève le conseil. «C’est-à-dire que j’ai cinq (5) frères et sœurs de même père et mère mais deux (2) frères de même mère, cinq (5) autres de même père et de mère différente… », indique le témoin. «Il y a un problème », renchérit Me Ballal. Zakaria Fadoulkitir lui rétorque qu’il ne fait pas la distinction entre ses frères et sœurs. «Vous voulez me tourner en dérision », relève-t-il par ailleurs. Un échange qui fait réagir la partie civile notamment Me Assane Dioma Ndiaye qui invite son confrère de la défense à respecter le témoin.


Autre avocat commis d’office, Me Mbaye Sène se lève pour réclamer que les témoins répondent aux questions de la défense comme ils le font pour les autres parties. Intervenant pour calmer les esprits, le président Gustave Gberdao Kam ne manque pas de souligner que « le témoin a toujours été difficile pour la défense » et c’est pour cela qu’il est plus enclin «à donner plus de temps à la défense». «Les témoins doivent comprendre que chacun joue sa partition. Chacun essaie de contribuer à la manifestation de la vérité » à savoir «est-ce que M. Habré qui est ici a commis les faits qui lui sont reprochés », tranche par ailleurs le président Kam.
 
 
«La défense a intégré vos recommandations », tempère Me Ballal. Pour l’heure, l’audience est suspendue pour la sérénité des débats à la reprise à 14 heures. A la barre depuis hier, Zakaria Fadoulkitir sert qu’Idriss Déby Itno, l’actuel président du Tchad est son oncle. Selon ses propres termes, Hissein Habré a décimé 46 membres du cercle familial Fadoul d’ethnie Aghowa. Parmi eux, il y a «ses sept (7) frères et sœurs de même père et mère», détaille le témoin. Fort de ce fait, il réclame Justice. « Il faut que Justice se fasse », scande ce dernier. Ce, avant la réconciliation du peuple Tchadien. 


Jeudi 1 Octobre 2015 - 13:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter