Direct procès Karim: La CREI se déclare compétente à juger Wade-fils



Ce 18 août marque l’acte cinq (5) du procès de Wade-fils. D’entrée, Henry Grégoire Diop vide l’écueil de la compétence ou non de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI) en rejetant l’exception d’incompétence soulevée par les avocats de l’ancien ministre d’Etat sous le règne de son père Wade.
Une question définitivement réglée par le Conseil constitutionnel le 3 mars dernier. A cet effet, ne peut plus donc faire l’objet de discussion devant une juridiction sénégalaise. Mieux, les lois sur la CREI n’ont jamais été abrogées même si elles étaient en désuétudes pendant longtemps. Et que toutes les juridictions ont été créées par une loi nationale, la loi sur la CREI ne peut être abrogée que par une loi spéciale parce qu’elle a été créée par une loi spéciale.  L’exception sur le privilège de juridiction est aussi tombée, le cas d’Idrissa Seck ne peut en aucun cas s’appliquer sur l’affaire Karim Wade parce qu’il n’a pas reçu de mis en demeure et n’a jamais été accusé de d’enrichissement illicite. Délivre le juge, l’exception d’incompétence est mal fondée.

 
A souligner l’absence du Procureur spécial près la CREI à la salle 3 du Palais de justice. Alioune Ndao est sans nul doute occupé avec l’affaire Abdoulaye Baldé qui devrait déférer  ce lundi à la Section de Recherches (SR) de la gendarmerie de Colobane dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis. Le procès a repris avec le rappel des prévenus à leur tête Karim, en blanc. Très en forme, le fils du président sortant n’a pas manqué de communier avec ses partisans qui ont assiégé le Tribunal de Dakar qui a fait le plein mais gardé comme du lait sur le feu par les forces de l’ordre qui quadrillent les lieux. 
 
Affaire à suivre. 


Lundi 18 Août 2014 - 12:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter