Direct procès Karim : Mes El Hadji Diouf et Ousmane Seye se donnent en spectacle



L’audience a repris sur les chapeaux de roues cet après-midi. Après Me Ali Fall, Me El Hadji Diouf pose les questions au co-prévenu de Karim, Aliou Samba Diassé.  La robe noire affiche sa volonté de ne pas crier pour éviter un malaise au prévenu. Il chuchote à la barre. Faisant même rire le Procureur spécial, Alioune Ndao. Première question de Me Diouf : « Avez-vous travaillez avec Bibo Bourgi ? « Non, nous étions dans la même boîte (Bourgi transit). Je ne dépendais pas de lui. Mon patron, c’était Mounirou Mbodj », répond Aliou Samba Diassé.


« Connaissez-vous le frère de Bibo qui a pris la fuite ? » Je connais le frère de Bibo mais s’il a pris la fuite, c’est vous qui le dites ». Revenant à la charge sur la création d’ABS Corporate : « Vous travaillez dans une société, vous en créez une autre dans le même domaine, n’est-ce pas déloyal ? ». « Je ne réponds  pas », sert le co-prévenu. « Il aime l’argent », lance Me Diouf qui demande au co-prévenu de dire comment il a été torturé lors des interrogatoires durant la phase d’enquête  comme il l’a dit. C’est là que la tension est montée d’un cran entre les deux robes noires : Mes El Hadji Diouf et Ousmane Seye.


«Est-ce que je suis obligé de prendre les coups de Me El Hadji Diouf ? » se plaint Aliou Samba Diassé. «Ce sont à mes confrères que je donne des coups », rétorque Me El Hadji Diouf pour qui le « c’est du cinéma » que lui a lancé Me Ousmane Seye, ne passe pas. Le conseil d’Aliou Samba Diassé s’adjuge la parole pour demander à Me El Hadji de se limiter à poser des questions. Le tonitruant avocat réagit au quart de tour : « Vous n’êtes pas la police de la Cour. C’est de l’indiscipline notoire. Je ne me laisserai pas faire. Je rendrai coup pour coup. On se connait tous. Il n’est pas question de venir jouer au faux lion ici. Je vais finir par crier».


Mes Alioune Badara Cissé (ABC) et Cie se lèvent pour désamorcer la bombe. Mais Me El Hadji Diouf campe sur sa position. Chuchotant, il continue son interrogatoire et revient à la charge sur Fatou babou, actionnaire d’ABS Corporate qu’Aliou Samba Diassé présente comme « une tante ». Cette dernière qui dit avoir été trompé par le co-prévenu de Karim Wade.  Précisant que l’actionnaire était « majeure, vaccinée » et pas du tout « illettrée », Aliou Samba Diassé bat en brèche mais ne consentira plus à répondre aux questions de Me El Hadji Diouf. 


Jeudi 18 Septembre 2014 - 18:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter