Direct procès: Karim Wade s'essaie à la plaidoirie

Boudant les questions depuis le début de son procès ouvert le 31 juillet dernier, Karim ne rate désormais plus aucune occasion pour interpeller la Cour. Ainsi, après avoir égratigné le successeur de son père et le frère de ce dernier, Aliou Sall en les nommant "Bour Fatick et bour Guédiawaye", le célèbre détenu dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis plaide à la barre.



Direct procès: Karim Wade s'essaie à la plaidoirie
Après l’audition du témoin Assane Dianko non moins ancien Directeur général des Impôts et Domaines, Karim est pour la troisième fois depuis ce mardi matin, appelé à la barre pour lui poser des questions. Wade-fils de plaider sa cause. Car dit-il : « on ne respecte plus la liste de passage des témoins ». « C’est la Cour qui détermine librement tel témoin passe ou non aujourd’hui », réagit le Président Henry Grégoire Diop qui indique qu’ « il n’y a pas de liste d’ailleurs ». Karim de demander à la Cour de ne pas le faire sortir de la salle avant la lecture de la liste des témoins qui seront entendus le lendemain.


« Comme vos conseils sont là, ils peuvent librement venir vous le dire », sert la Cour. Réponse qui soulève une réaction chez Wade-fils à savoir qu’ « il y a des restrictions d’accès aux avocats ».  « D’accord, on vous donnera la liste », promet le président Henry Grégoire Diop.  Précision de Me Seydou Diagne : «C’est une assistance, M. le président, nous ne le représentons pas », plaide la  robe noire qui ne manque pas de préciser qu’ils voient très rapidement leur client à la Maison d’Arrêt et de Correction (MAC) de Rebeuss ».


Ceci, "pour travailler très rapidement sur les dossiers du lendemain. Ce matin, on était très surpris de voir Fatou Mballo (notaire). Travailler suivant un témoin et le lendemain en voir un autre, s’avère un exercice très difficile, souligne le conseil de Wade-fils. La Cour de s’en expliquer: «Il se peut que des témoins aient des empêchements, c’est la raison pour laquelle pour ne pas à chaque fois suspendre, on convoque des témoins pour la semaine ». A ce propos, cite le Président Henry Grégoire Diop, Bara Tall qui devait être entendu hier lundi, a eu un empêchement. De même qu’Allé Sine (inspecteur des impôts) qui est venu en retard ce matin. 


L’ancien Directeur général des Impôts et Domaines remercié, le témoin Ibrahima Wade, inspecteur des Domaines prend place.  «Les ministres savaient que les directeurs étaient convoqués par le président et tout le monde l’acceptait », sert ledit témoin qui indique qu’en tant que fonctionnaire, quand le président choisit de s’adresser directement à lui, ce dernier ne peut pas ne pas répondre». Autre révélation de ce dernier: «Les autorités ont toujours eu un œil sur le foncier, elles interviennent souvent». «Je revendique mon amitié avec le président Wade », répond-il au Substitut du procureur spécial. 
 


Mardi 6 Janvier 2015 - 16:26



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter