Direct procès : «Un organisme d’Etat hors la loi», Hissein Habré



Ça a chauffé à la salle 4 du Palais de Justice qui abrite le procès de Hissein Habré. Suite à l’ordonnance remise aux forces publiques de cueillir l’ancien président du Tchad, ces dernières n’ont pas tardé à s’exécuter. C’est ainsi que gigotant, Hissein Habré est porté par les forces de l’ordre. Un spectacle qui n’est pas pour plaire à ses proches qui ne tardent pas à le manifester. «Bande de corrompus », scandent-ils. Se levant comme un seul homme, certains se dirigent vers le prétoire où Hissein Habré est déposé sur un siège. Les forces de l’ordre interviennent pour ramener la sérénité. Il faut souligner qu’Hissein Habré ne se laisse pas faire, tentant par tous les moyens de se lever de son siège, les Eléments Polyvalents d’Intervention (EPI) le maintiennent de force. «Vous le brutalisez Monsieur », réagissent certains des proches d’Habré qui seront exclus de la salle.

 
L’ancien président du Tchad, Hissein Habré assimile les Chambres Africaines Extraordinaires (CAE) à un « organisme d’Etat hors la loi ». Certes, réplique le président des CAE de lui dire que la chambre qui est chargée de le juger. Et prévient ce dernier: «Force reste à la loi». Introduit par le juge, le greffier procède à la lecture de la liste des témoins. C’est le moment choisi par des avocats sous la houlette de Me Ciré Clédor LY de quitter la salle. 


Lundi 7 Septembre 2015 - 11:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter