Direct procès de Karim et Cie : Omar Samb dissèque AHS

Il est beaucoup question de ladite société inscrite dans le patrimoine de Wade-fils et Cie dans le cadre de la traque des biens dits mal acquis, ce lundi matin. De ce fait, Omar Samb, commissaire aux comptes depuis 1982, Omar Samb est auditionné sur la question. Il blanchit Karim et ses présumés complices.


L’expert-comptable depuis 1982 répond aux questions de la défense de Bibo Bourgi notamment Me Corinne Dreyfus Schmidt qui compte sur l’expérience du témoin du jour, en la matière pour démontrer qu’il n’a ni un rôle de « policier » encore moins d’ « investigateur ». Une confusion que semble faire le parquet spécial, selon la défense. Dès lors, faisant la différence entre l’expert-comptable et le commissaire aux comptes, Omar Samb de préciser que le premier «a pour rôle de transcrire les écritures comptables dans les livres de la société. En quelque sorte, le technicien qui conseille et qui appuie la direction générale »,…Tandis que le commissaire «est mandaté par les actionnaires, on lui interdit toute immixtion dans la gestion. Il contrôle les comptes de l’exercice pour rendre comptes aux actionnaires ». Autrement, le commissaire «contrôle la sincérité et la régularité », dira l’avocate de Bibo Bourgi.

« C’est ce que lui est dévolue », tranche l’interlocuteur qui indique, en ce qui concerne la société AHS, avoir diligenté «le programme de contrôle». « Des procédures étaient respectées, j’avais mis quatre (4) collaborateurs au départ », renseigne-t-il par ailleurs. Il dit n’avoir noté «ni dissimulation ni des irrégularités ». Mais, regrette Omar Samb, il n’a pu exercer les comptes de la société depuis 2012. Car « on m’interdit l’accès ». déplore-t-il : «Lorsque je m’y suis rendu 4 ou 5 monsieurs m’ont signifié la consigne de l’administrateur provisoire ». Sur cet « obstacle », le témoin dit même avoir «saisi la juridiction compétente » dans la mesure où en tant que « commissaire aux comptes, l’administrateur provisoire ne peut pas lui interdire l’accès ». «Nous représentons les actionnaires, les dispositions de la loi, nous donne un pouvoir assez large ». Pire, « lorsqu’il m’a considéré comme démissionnaire, cela m’a fait rire. J’ai répondu en disant que le commissaire aux comptes, ne peut pas être considéré comme démissionnaire. Mon mandat, je le tiens de l’Assemblée générale. C’est curieux et c’est la première fois que je vois cela, de toute ma carrière ». D’autant plus que «je n’ai jamais été convoqué à une Assemblée générale » dans le cadre de cette « démission », assure le témoin.

Selon lui, tout est parti de son refus de livrer des documents qui lui ont été réclamés par l’administrateur provisoire. Ce qu’il n’était pas en mesure de faire du fait qu’il est «tenu au secret professionnel ». En ce qui concerne toujours AHS : «Je ne peux pas parler de Karim Wade ou autre, je ne connais que Menzies et AHS international (actionnaires) ». Société pour laquelle, «les actions sont nominatives », souligne Omar Samb qui, pour la société ABS, indique qu’Alioune Samba Diassé qui détient 23.000 actions, est l’ «actionnaire majoritaire ». Et qu’« il n’y a rien qui montrait que Bibo Bourgi en fait partie».





Lundi 12 Janvier 2015 - 13:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter