Direct procès de Karim: le parquet spécial retire le mot "mensonge", Demba Ciré Bathily boude la barre



La reprise de l’audience de ce mardi 14 octobre du procès de Karim Wade et ses co-prévenus placée sous le signe de la « sérénité ». Car, à la suite de l’incident qui a paralysé les débats peu après midi, les bâtonniers de l’Etat, Mes Yérim Thiam, Félix Sow ont joué la médiation entre le Procureur spécial, Alioune Ndao et l’avocat de la défense, Me Leyti Ndiaye.
 

Le Président de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite (CREI), Henry Grégoire Diop qui fait part de cette médiation, donne la parole au Procureur spécial, Alioune Ndao qui finira par retirer les propos qui fâchent : « Mensonge d’un avocat ». «Je retire mes propos », sert le parquet spécial qui invoque une « solide amitié » avec Me Leyti Ndiaye.  Ce dernier invité à reprendre son interrogatoire, ne lâchera que ces simples mots : « J’en ai fini, Monsieur, le Président». Sans répondre à la main tendue du Procureur spécial. 


Une sérénité qui sera mise à rude épreuve dans le cadre d'un échanges de propos entre un autre avocat de la défense, Me Demba Ciré Bathily et le Président Henry Grégoire Diop. "Vous êtes-vous préparé avant de venir témoigner ?", pose le conseil de Wade-fils. 


Cela n'entre pas dans le cadre du témoignage, selon le Président de la CREI qui invite la robe noire à interroger le témoin sur ce qu'elle a "vu, entendu ou ses déclarations". Le ton du Président de la Cour n'a pas dû plaire à l'avocat qui invoque la sérénité.  "Ce n'est pas à vous d'en décider. C'est la dernière fois que vous vous adressez à la Cour de cette manière", sert le Président Henry Grégoire Diop "J'ai dit en ce qui me concerne, Monsieur le Président", réplique Me Demba Ciré Bathily qui finira par bouder la barre à la suite d'une autre "remontrance" de la Cour qui l'a invité à ne pas poser les mêmes questions. 


A la charge, le  Substitut du Procureur spécial s’intéresse au terme « recommandation » sur lequel la défense s’est appesantie hier. A ce propos, le témoin persiste et signe : «J’entends que Karim me donnait les caractéristiques et les noms des personnes qui devaient se présenter à mon bureau pour la constitution des sociétés ».  Toutefois, ne se souvenant pas à quel moment précis est intervenu dans la constitution et le fonctionnement de la société AHS, Me Patricia Lake Diop, se veut formelle: "Il m'a été présenté par Karim". Elle ne s'explique pas comment alors qu'ils sont inconnus "dans ses actes", "Bibo Bourgi et Pape Mamadou Pouye se sont retrouvés les bénéficiaires économiques de la société".


Ce, à la suite des "investigations" dira par ailleurs le procureur spécial. "C'est une affirmation gratuite", rétorque Me Ciré Clédor Ly, de la défense de Wade-fils. "Vous n'avez pas la parole", sermonne la Cour. Dès lors, ce sera le tour de Me Seydou Diagne et Me Yérim Thiam de se cogner à la barre. Le bâtonnier de l'Etat revient sur les propos du conseil de Karim les qualifiant Mes El Hadji Diouf et lui, "d'avocats du témoin". "Me Seydou Diagne s'est excusé mais je ne peux pas m'en contenter", rage Me Thiam. La réponse de la partie adverse ne tarde pas malgré les sommations de la Cour: "Vous n'avez pas la parole". "On m'a interpellé, je réponds. S'il ne voulait pas que réplique, il n'avait qu'à poser sa question et terminer par ses commentaires", tance Seydou Diagne qui indique que c'est la Cour qui les "pousse aux incidents". 


Revenant à la charge, le conseil de Karim de dire que "les remontrances, il y en a que pour nous...Tout à l'heure, Me El Hadji Diouf...Le parquet spécial est encore pire". "Monsieur Diagne, laissez-nous en paix", répond le Procureur spécial qui se lèvera même de son fauteuil". 





Mardi 14 Octobre 2014 - 17:07



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter