Disparition de journaux, Guirassy attristé suggère l’exploration de d’autres pistes

Après la disparition de nos kiosques des journaux Le Matin, Kotch et Rewmi, le ministre de la Communication, des Télécommunications et des TIC, Moustapha Guirassy, dit ne pas rester indifférent face à une telle situation.



Disparition de journaux, Guirassy attristé suggère l’exploration de d’autres pistes
‘’Je ne saurais rester indifférent devant ces disparitions annoncées, puis constatées. Pensez bien que c’est une issue qui m’attriste. Au-delà, en tant que lecteur et citoyen, je regrette la disparition de ces deux titres importants de nos kiosques et auprès des vendeurs à la criée’’, a dit Moustapha Guirassy dans un entretien avec le soleil de ce mardi repris par l’Aps.
Seulement, il pense qu’il « il y a des motifs sérieux d’espoir, puisqu’il a été annoncé que d’autres titres viendraient prendre la place du Matin au sein du même groupe de presse, et aussi que Kotch pourrait reparaître quand la conjoncture le permettra ».
Estimant que « le secteur reste donc porteur », M. Guirassy pense que « les évolutions de la presse vers des formats de distribution inédits ou encore vers l’Internet, sont des mutations souhaitables et incontournables ».
Sur la situation des journalistes de ces outils disparus, il estime que « le syndicat (Synpics) et les employeurs, qui sont les propriétaires des titres et de l’outil de travail, sauront trouver des plages de convergences ».
Moustapha Guirassy est revenu sur ces chantiers que sont « le Code de la Presse, et le Fonds de garantie des industries de la presse pour un développement du secteur ».



Mercredi 10 Août 2011 - 01:00




1.Posté par sidy mohamed ndiaye le 16/08/2011 04:57
La position du ministre est respectueuse vis à vis des organes dont la disparition est annoncée Mais, sans se voiler la face du professionnalisme concurrentiel qui caractérise le développement de la presse, les trois titres qui viennent de tomber ont en commun la redite. En se limitant pour l'essentiel à reprendre l'actualité sous commentaire, ils ne se distinguent par aucune originalité. Il serait tout aussi intéressant de suggérer à tout promoteur une étude plus approfondie du marché, de situer les tendances de la demande et de déceler les créneaux porteurs d'une information plus diversifiée et plus dépouillée.
En attendant les autres titres qui battent de l'aile et qui risquent d'allonger la liste, les mutations se poursuivent au plan médiatique dominé par la hardiesse des télés...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter