Dix morts dans une attaque à la grenade dans le nord du Kenya

Au moins dix personnes ont été tuées et des dizaine d’autres blessées ce dimanche 23 juin, dans la province de Mandera, près de la frontière avec la Somalie. À l’origine, cette fois, une attaque à la grenade visant un camp de déplacés. Vendredi soir déjà, des affrontements entre clans rivaux avaient fait neuf morts dans deux provinces différentes, selon la police qui enquête sur un possible lien entre ces deux affaires.



L'attentat intervient alors que des dirigeants locaux devaient se rendre à Nairobi pour participer à des discussions visant à réconcilier les deux clans. Sam Stearman/Wikipédia
L'attentat intervient alors que des dirigeants locaux devaient se rendre à Nairobi pour participer à des discussions visant à réconcilier les deux clans. Sam Stearman/Wikipédia

L’attaque de dimanche s’est produite à 30 kilomètres de Banisa près de la frontière du Kenya avec la Somalie. La grenade visait un camp de personnes déplacées après des affrontements entre Garre et Degodia, deux clans rivaux qui se déchirent depuis plusieurs mois  dans la région.

Pas plus tard que vendredi, des violences opposant des membres de ces deux clans avaient déjà fait neuf morts : quatre dans le canton de Mandera et cinq autres, un peu plus tard dans la soirée dans le canton voisin de Majjir, récemment gagné par ce conflit clanique.

Des bandits plus qu'une guerre des clans ?

Pas d’alarmisme pourtant chez David Kimaiyo, le chef de la police kenyane, qui minimise la portée de ces violences : « D’après ce que nous savons au départ, c'est un groupe de deux ou trois personnes qui installent des barrages sur les routes pour racketter les gens, explique-t-il.Ce n’est pas une guerre entre deux clans, c’est un groupe de bandits appartenant à un clan qui s’en prend au clan opposé. Des criminels d’une communauté qui s’attaquent à l’autre, et des bandits dans l'autre camp qui répliquent en faisant la même chose pour se venger. Ce n’est pas comme si tout le village était en train de se battre ».

Y a-t-il un lien entre ces violences et l'attaque de ce dimanche ? La police s’interroge et enquête pour le savoir. Circonstance troublante toutefois, cet attentat intervient alors que des dirigeants locaux devaient justement se rendre à Nairobi pour participer à des discussions visant à réconcilier les deux clans.
Source: RFI



Lundi 24 Juin 2013 - 11:33



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter