Djibo Ka/Macky: De la tortuosité légendaire au "Sall" revirement

Certains observateurs affirment que Wade a beaucoup fait en termes de réalisation d’infrastructures mais il a autant déconstruit les valeurs. Cette déconstruction des valeurs se poursuit de plus belle. Ces hommes politiques adeptes à la tortuosité et à la transhumance ont joué au plus malin avec les sénégalais. Tandis que Macky Sall a prêché contre ce phénomène observé depuis plusieurs décennies, il a opéré un revirement subit qui intrigue. Au même moment l’opposition est victime de saignée habituelle. Le leader de l’URD a juste revigoré sa légendaire tortuosité.



Djibo Ka/Macky: De la tortuosité légendaire au "Sall" revirement
La tortuosité lui colle décidément à la peau. Elle est pire qu’une malédiction pour Djibo Leyti Ka. Ce monsieur ne cessera jamais de transhumer. Le natif de Djolof a fini par porter préjudice à toute une ethnie. Cette maladie a atteint chez lui des proportions inquiétantes quand il avait dit à l’antenne en 2000 : «J’ai dit au président Diouf que la meilleure façon d’aider les sénégalais, c’est de partir. En 24h, il a ravalé ses propos en demandant aux sénégalais de voter pour Diouf». En 2012, il avait réclamé une loi contre la transhumance. Pendant que certains applaudissaient des deux mais, les internautes étaient surpris et prédisaient sa migration pour bientôt. Aujourd’hui, c’est chose faite. Il va rejoindre Macky Sall.
 
Dès sa première adresse à la nation, Macky Sall avait promis de travailler pour la restauration des valeurs. C’est ainsi qu’il avait banni la transhumance et avait fait la sourde oreille aux cris d’orfraie des caciques du défunt régime libéral qui avaient annoncé la couleur dès l’entre deux tours. Ce fut le cas d’Omar Sall et d’autres. Ainsi, les sénégalais dans sa majorité avaient commencé à applaudir des deux mains, magnifiant cette position.
 
Toutefois, la volte-face du président de la République et leader de l’Alliance pour la République a été soudaine. Les conseils des ministres décentralisés ainsi que les activités officielles sont des moyens de lancer des appels du pied ou de draguer publiquement un adversaire politique. Même les funérailles constituent des occasions de débauchage de responsables. L’ancien ministre des Forces armées et maire de Kolda, Bécaye Diop a été une preuve éloquente. C’est sans doute la raison pour laquelle, le porte-parole du PDS, Babacar Gaye n’a pas voulu attendre Macky Sall qui en séjour à Kaffrine s’est rendu au domicile familial du responsable libéral pour lui présenter ses condoléances à la suite de la disparition de sa mère.
 
L’opération de charme du chef de l’Etat à l’endroit du patron de l’Union pour le Renouveau Démocratique a pris une tournure décisive à l’inauguration du siège de la Sonatel sur la VDN, à la Cité Keur Gorgui. Macky Sall a été tellement romantique que Djibo L. Ka est tombé sous le charme. Il a, aussitôt, après commencé à tourner le dos aux leaders de l’opposition qui ont commencé à s’organiser. Jeudi dernier, il a annoncé à ses «frères d’arme» qu’il a reçu mandat de son parti pour rejoindre Macky Sall.
 


Lundi 17 Août 2015 - 11:10



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter