Djibo Leyti KA: Pourquoi j'ai démissionné en plein conseil des ministres en 2011 ?

Le Secrétaire générale du l’Union pour le Renouveau Démocratique (URD), Djibo Leyti KA dénonce la décision du Gouverneur de Dakar d’interdire le meeting de l’opposition du 21 novembre prochain et se désole de « l’ignorance » et de « l’arrogance » dont fait preuve le pouvoir. Après avoir qualifié de mitigé le pouvoir de Macky Sall, Djibo Ka qui s’est prononcé sur la crise au Burkina estime que la situation du pays est incomparable avec les événements qui se sont déroulés au Sénégal le 23 juin 2011. Il se dépouille de toute langue de bois et fait des révélations inédites. Notamment pourquoi, il a démissionné en plein conseil des ministres en 2011 ?



Djibo Leyti KA: Pourquoi j'ai démissionné en plein conseil des ministres en 2011 ?

Le secrétaire générale de l’URD, Djibo Leyti KA accuse le gouvernement de mettre le Sénégal dans un bunker. « La décision du gouvernement de Dakar d’interdire toute manifestation du 10 novembre au 5 décembre est mal fondé juridiquement et politiquement. Notre texte fondamental stipule que toute manifestation est libre. Il suffit seulement d’une déclaration, on a même pas besoin d’une autorisation. Il a donc tort d’interdire la manifestation... ». Pour lui, le pouvoir est gagné par la peur et l’ignorance. « La peur, l’ignorance et l’arrogance poussent le pouvoir à vouloir installer la terreur dans les rangs de l’opposition ».  


Le Député,  Djibo Leyti KA soutient donc l’opposition dans sa détermination à braver la décision du gouvernement en tenant ce meeting. Selon l’ancien ministre le fait que Me Abdoulaye Wade reste présent sur la scène politique, après sa perte du pouvoir n'est pas un hasard. Le Pape du Sopi a deux casquettes : « Ancien Président et chef de parti », pour le leader de l'URD qui indique: « Même si c'est inédit et que c'est la première fois que cela se produit dans le monde, c'est une réalité au Sénégal qu'on ne peut pas occulter. On n'y peut rien ». 


 Djibo KA dans un entretien accordé à "l'As", se rappelle également du retour "triomphal" de Wade lorsque qu'il est rentré de France il y a six mois. « Tout Dakar était dehors jusqu'à minuit pour le porter en triomphe. J'étais à l'aéroport et il y a aucune casse. Son avion a atterri vers 23 heures, mais on a fait quatre heures de l'aéroport au siège du Pds ». Poursuivant ses explications, le chef de file des rénovateurs dira que l'ancien Président, est un personnage difficile à cerner. « Wade est mon maître à penser, il m'a enseigné pendant deux ans et demi. C'est un homme de défis, audacieux, ambitieux pour le pays jusqu'à l'os. Il adore le Sénégal et n'est pas un homme maîtrisable. C'est difficile de maîtriser Me Wade et c'est trop tard pour qu'il change ».


 Interpellé sur la situation au Burkina, Djibo KA a signifié qu’il a conseillé à Blaise Compaoré de ne pas toucher à la constitution. « Tout le monde a vu venir cette crise qui vit le Burkina Faso, mais personne n’a rien fait ; on a laissé faire. Pourtant, en septembre 2013, j’avais conseillé, en tant qu’ami, à Blaise Compaoré de ne pas toucher à la Constitution. Le monde à changé, rien ne sera plus comme avant… ». « Maintenant quand j’entends les gens  comparer la situation du Burkina avec les évènements du 23 juin 2011 au Sénégal, je dis qu’ils font fausse route. Ce n’est pas pareil. Non seulement Wade n’a pas démissionné, mais ce n’était pas pour son mandat. C’est quelque chose de beaucoup plus grave. Ce qui m'a poussé à démissionner ce jour-là en plein Conseil des ministres ».
                                                               



Samedi 8 Novembre 2014 - 09:15



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter