Dopage: la Russie coupe une première tête en attendant que Poutine s'exprime



Dopage: la Russie coupe une première tête en attendant que Poutine s'exprime
La Russie, accusée de "dopage organisé", a coupé une première tête avec le départ du directeur du laboratoire antidopage de Moscou, en attendant une prise de parole du président Vladimir Poutine, à deux jours d'une possible suspension du pays de toute compétition d'athlétisme. Volonté de donner des gages avant cette date couperet ou simplement de trouver un bouc émissaire? Le chef du laboratoire antidopage moscovite au centre des soupçons, Grigory Rodchenko, a officiellement démissionné tard mardi soir.


Dans son rapport publié lundi, qui a déclenché un scandale sans précédent, l'Agence mondiale antidopage (AMA) accusait Rodchenko d'être au coeur d'un système généralisé de dopage, qui incluait la destruction des tests positifs aux produits dopants. Selon l'AMA, 1.417 échantillons ont été détruits en décembre 2014, à la veille de la visite de sa commission d'enquête... qui avait signalé son arrivée à Grigory Rodchenko. Dans ce contexte de soupçons généralisés contre la Russie, Vladimir Poutine doit présider une réunion des dirigeants des fédérations sportives, à Sotchi où ont été organisés les JO d'hiver 2014. But de cette réunion, programmée de longue date pour mercredi: parler de la préparation des sportifs russes pour les JO de 2016.

Cette rencontre est cependant retardée pour le moment par des précipitations exceptionnelles qui empêchent les responsables des fédérations de rejoindre M. Poutine, déjà à Sotchi. Pour la Russie, le temps presse: la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) se réunira vendredi pour statuer sur une éventuelle suspension du pays de toute compétition, qui pourrait à terme le priver des JO-2016 de Rio. Une solution radicale pour laquelle plaide la commission d'enquête indépendante de l'AMA.

Source: Rfi.fr


Mercredi 11 Novembre 2015 - 13:48



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter