Dossier Me Babacar Seye: 21 ans après sa mort, pourquoi la réouverture du meurtre n’est pas encore possible ?



Dossier Me Babacar Seye: 21 ans après sa mort, pourquoi la réouverture du meurtre n’est pas encore possible ?

A ce propos, suivons les éclairages de Me Baba Diop, avocat à la Cour qui sert : « Au moment où on parle, juridiquement parlant, ce n’est pas possible ». Ceci, « pour deux raisons : La première, il y a une loi d’Amnesty qui est là qui voudrait qu’on ne parle même pas de ce dossier ».  Deuxièmement, les conditions de réouverture d’un procès sont limitativement énumérées par le code de procédure pénale. En ce sens, la plus importante, c’est lorsqu’il y a un fait nouveau qui n’a pas été soumis à l’appréciation des premiers juges de la première procédure. Un cas de figure dont nous sommes très loin ».


Ce qui fait dire à l’avocat que « tout le monde est en train de faire des hypothèses, de l’intimidation de part et d’autre mais sur le plan de la légalité, on est encore très très loin de la réouverture du dossier ». Ce, au moment où le vice-président de l’Assemblée nationale, Abdou Mbow a fini de rejoindre  ses camarades de l’Alliance Pour la République (APR) pour accuser le président sortant Wade. Selon lui, «les jeunesses de l’APR ont posé un débat pour qu’on rouvre le dossier Me Seye, un Président de la République qui a dirigé le Sénégal pendant douze (12) ans, qui a été cité dans l’assassinat et qui a eu à poser des actes qui ont fait grincer des dents à plus d’un sénégalais » en votant « la loi Ezzan aussitôt avant de gracier les assassins condamnés pour le meurtre. Aujourd’hui, il faudrait que les Sénégalais puissent savoir la vérité parce qu’on ne peut pas comprendre quelqu’un de la trempe de Me Wade qui se dit panafricaniste, démocrate, qui travaille pour le Sénégal puisse être cité dans cette affaire aussi nébuleuse et après qu’il puisse prendre des actes de nature à compromettre la mémoire des Sénégalais ».


Tout pour Abdou Mbow d’assèner aux libéraux  que ce n’est pas eux de leur donner des leçons. Le vice-président de l’Assemblée nationale répond ainsi à Babacar Gaye, porte-parole du PDS qui précisait à Mame Mbaye Niang et Cie que Macky Sall était premier ministre lors du passage de cette loi à l’hémicycle. A ce niveau, Abdou Mbow qui parle d’argument léger, ne manque pas de préciser au PDS que le dossier va au-delà. Mieux, « il est tout à fait normal que des hommes politiques sénégalais puissent demander la réouverture du dossier ».


Le chargé de la propagande, Farba Senghor qui répond au nom du PDS d’aller au front. Ce, pour tirer à boulets rouges sur le régime Sall. « Nous sommes en face d’un gouvernement affolé par les circonstances actuelles crées par le retour de Wade et les masses qui se mobilisent pour l’accueillir un peu partout au Sénégal. Le régime veut masquer son incapacité à trouver des solutions aux problèmes des Sénégalais en soulevant la polémique pour l’affaire Me Seye » alors que « pour rouvrir un procès jugé, il faut des éléments nouveaux alors qu’il y en a pas » charge le responsable libéral qui enfonce le clou : « On ne peut pas tout simplement parce qu’on est en face d’un adversaire qui pose des problèmes, de menacer de rouvrir un procès, cela expose la nullité absolue de ce régime et l’ignorance totale des mécanismes et des procédures juridiques ». Tout en n’y allant lui-aussi dans les accusations.


« S’il arrive que le procès soit rouvert, il ne faut pas oublier qu’il y a eu ce que tous les Sénégalais ont en mémoire, la piste Habib Thiam et Ahmed Diéne, deux grands responsables d’alors du Parti Socialiste (PS) cités dans un premier temps », livre Farba Senghor sur les ondes de la Rfm. En ce 15 mai 2014 qui marque jour pour jour le 21ème anniversaire de l’assassinat du juge Babacar Sèye sur la Corniche-ouest par une bande d'individus au sortir de la présidentielle sanctionnée par la victoire de Diouf sur Wade, force est de constater que nous en sommes toujours aux accusations. Aujourd’hui plus que jamais la question sur le commanditaire du meurtre se pose. 


Jeudi 15 Mai 2014 - 18:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter