Dossier sur le MAEP : Le mécanisme africain plombé par le népotisme et des détournements au sein des pairs

Une importante réunion s'est tenu à Dakar sur le Mécanisme Africain d’Evaluation par les Pairs (MAEP) pour la remise à niveau de cet important instrument du NEPAD. Elle a simplement dissout le secrétariat et donner mandat au sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de procéder à la mise en place d'une autre instance fonctionnelle. Ce réaménagement devra permettre de redorer son blason mais surtout de veiller et d’assurer son rôle d’arbitre pour la bonne gouvernance, l’exécution des projets et une alerte des fléaux pouvant hypothéquer les efforts des pays Africains et ses chefs d’Etat pour l’Emergence voire le développement.

Cette rencontre de Dakar pourrait être considérée comme celle de la dernière chance. En effet, beaucoup d’Etat avaient simplement gelé leurs activités dans cette instance au moment où les tiraillements, les accusations de malversations et de népotismes minent et alimentent les sommets et autres rendez-vous continentaux à Addis-Abeba ou d’autres capitales de pays africains. PressAfrik vous propose ainsi un dossier complet avec des documents à l’appui sur les pratiques peu orthodoxes qui ont véritablement dévié le MAEP de sa trajectoire originelle.



Dossier sur le MAEP : Le mécanisme africain plombé par le népotisme et des détournements au sein des pairs
A l’aube  de ce  21e  siècle,  nombreux sont les  Africains  sûrs  d'une chose. Les ressources humaines, matérielles technologiques,  et compétences nécessaires à la promotion du développement et à la réduction de la pauvreté existent en Afrique.
Mieux, ils pensent que ces ressources sont à la portée des filles et fils du continent.

C'est dans cette perspective que certains chefs d'Etat  africains ont  crée  le  Nouveau  partenariat pour le  développement de l’Afrique, Nepad.  Toutefois, cette structure ne peut atteindre ses objectifs que dans un  environnement  pacifique, donc  stable, où  sécurité, Etat de droit,  et  bonne gouvernance  sont  pérennes. Mais comment s'assurer de cela ? Voici la solution. Les chefs d'Etat, membres de l'Organisation de l'Unité africaine crée alors le Mécanisme Africain d'Evaluation par le Pairs (MAEP). Et en mars 2003, lorsque les présidents Tabo Mbeki de l'Afrique du sud, Olesegun Obasanjo du Nigéria, Abdelaziz Bouteflika de l'Algérie, Abdoulaye Wade du Sénégal, ont posé les jalons de cette institution, ils avaient réellement espoir de voir une Afrique dépourvue de corruption et dans les rampes de l’émergence. Et pendant un moment, ils y sont parvenus. Car à ses débuts,  la crédibilité  du MAEP reposait sur un Panel composé  de personnalités indépendantes et compétentes. C'est ce Panel qui conduisait les  évaluations des pays membres de l'institution. Et cette  évaluation se faisait  à  l'abri de pressions et manipulations politiques. Et dans ses actions, le Panel  était appuyé par un Secrétariat techniquement compétent et motivé. Ainsi, les rapports d’évaluation sur la gouvernance ont permis à  de nombreux citoyens africains, comme le dit la sénégalaise Marie-Angelique Savané, l'une des anciennes tête de proue de cette structure, de participer aux débats politiques dans leurs pays respectifs.
 
 
Mais de nos jours, l'efficacité du MAEP est remise en cause. Un organe non prévu dans ses documents de base, le Comité  des points focaux, CPF, met à rude épreuve son indépendance.
 
Le MAEP, organisation qui voulait se faire Chantre des questions de transparence, de participation des parties prenantes de la société, pour trouver un consensus sur les priorités nationales, est lui-même, impliqué dans le tourbillon de la mauvaise gouvernance. Ainsi, népotisme, gabegie, favoritisme, détournements de fonds sont devenus règles courantes au sein de la direction du MAEP en Afrique du sud.
 
Pire, des structures internationales sensées veiller et guider  son  bon fonctionnement, couvrent cette mauvaise donne. Et nombreux sont les chefs d'Etat membre qui ont peu de considération pour le MAEP.
 
Ce dossier que la journaliste Ramata SORE a réalisé nous révèle donc les dessous cachés de la machination, de la mal gouvernance qui mine l'une des plus importantes institutions du continent. Enquêtes...

Dossier spécial Mécanisme Africaine d'Evaluation par les Pairs (MAEP) à lire absolument



Mercredi 11 Juin 2014 - 10:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter