Douane-Commerce extérieur: Vers la réduction de l’utilisation du papier

La Douane sénégalaise a procédé ce jeudi 23 septembre au lancement de la phase pilote de la «dématérialisation des formalités du commerce extérieur au Sénégal». Un projet initié avec le soutient du Fonds pour le climat d’investissement en Afrique (ICF).



Douane-Commerce extérieur: Vers la réduction de l’utilisation du papier
Le papier sera de moins en moins utilisé dans le circuit de la Douane sénégalaises. Pour cause, un pilote de dématérialisation des formalités du commerce extérieur au Sénégal va être installé en 2011. Depuis quelques années, le Sénégal avait parvenu à mettre en place des systèmes automatisés avec une logique d’harmonisation et de simplification. Mais de l’avis des techniciens, il y avait quelque chose qui manquait. Selon Ibrahima Diagne l’administrateur général du système Gaïndé, ce qui manque c’est que ce sont des systèmes qui ne se parlent pas. Chaque système traite son information à partir de documents papiers qui sont reçus et à la fin du traitement le système sort du papier qui va alimenter le nouveau système qui va aussi traiter tout l’intérieur mais à la sortie va ressortir du papier.


Il a avoué que ce pilote c’est ce qui nous manquait dans notre dispositif au Sénégal, nous étions bien automatisés mais nous n’étions pas dématérialisés parce que le papier demeurait l’élément essentiel d’entrée de chaque système et l’élément essentiel de sortie des systèmes.


Le projet va également permettre de réduire le temps que prennent les opérations d’import/export. Ce temps qui a été évalué avant le projet à 18 jours passera à 9 jours au plus tard en 2011. Dans ces 18 jours on a identifié toutes les séquences papier et le temps que ces séquences papiers prenaient dans le processus. Le directeur général des douanes, Mouhamadou Maktar Cissé qui a procédé au lancement de ce projet a révélé que «les principes prévus avec la dématérialisation et la modernisation prochaine de la version de Gaindé 2000 sont que les délais (…) de traitement passeront de 18 jours en 2009, lors du lancement du projet, à 9 jours en 2011».


En 2008, la photographie de la situation était telle que la transmission du papier d’une procédure à une autre prenait 50% du temps moyen qui était évalué à 18 jours. «Aujourd’hui on peut avoir un gain de temps qui est largement plus important que celui qu’on estime» a confié l’administrateur général du système Gaïndé. Parce ce que, dit-il, «ce gain de temps ne tient compte que du fait qu’il n’y ait plus de papiers dans les séquences mais si il y a encore une revue des opérations ce temps peut être largement amélioré».

Papa Mamadou Diéry Diallo

Jeudi 23 Septembre 2010 - 17:02



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter