Double Less dit tout : "J’ai dépensé au moins 30 millions pour Balla, mais je ne le ferai plus"

Trois jours après la victoire de son fils, Balla Gaye 2, sur Tyson, Double Less fait le point.L’ancien champion a reçu Wal Fadjri dans sa maison à Boune. Les préparatifs du combat de dimanche dernier, la technique pour venir à bout du chef de file de Boul Falé, les 30 millions qu’il a investis pour la 17e victoire de Balla Gaye 2, les reproches qu’il fait au Cng, Fodé, son troisième fils lutteur,… : Double Less s’est confié entièrement. Entretien.



Double Less dit tout : "J’ai dépensé au moins 30 millions pour Balla, mais je ne le ferai plus"
Wal fadjri : Comment avez-vous accueilli la victoire de votre fils Balla Gaye 2 contre Tyson ?

Double Less : Je l’ai accueillie avec beaucoup de joie. Je remercie tous ceux qui nous ont soutenu pour ce combat, du Mali à la Guinée, en passant par la Gambie et surtout le Casamance.

Pouvez-vous revenir sur la préparation du combat ?

Nous avons préparé ce combat de la même manière qu’on préparait les autres combats. Nous avons recueilli les prières de nos aînés et de nos marabouts. C’est indispensable. Ce sont des réalités de l’arène qu’on ne peut ignorer. C’était un combat qui demandait beaucoup de sacrifices. Nous les avons faits.

Quelles étaient les principales recommandations que vous avez faites à votre fils pour la victoire ?

Je lui ai demandé d’être discipliné et surtout d’user de sa technique pour battre Tyson. Face à un lutteur de grande taille et très fort physiquement, le combat ne pouvait être facile. Même s’il n’y avait pas une énorme différence de poids et de taille entre Tyson et Balla. Il a fait tout ce que je lui avais demandé de faire. Cela montre que les paroles d’un père, ancien lutteur de surcroît, sont toujours utiles à son fils.

Avec le recul, comment analysez-vous le combat ?

Tout s’est passé comme prévu. Vous savez en matière de lutte, et c’est d’ailleurs le cas pour tous les autres sports, si tu arrives à un certain âge, cela devient difficile pour toi. L’âge compte beaucoup. On a beau maîtriser la science de la lutte, si la force de la jeunesse ne suit pas, c’est compliqué. Supposons que je me lève un jour pour aller lutter. Je n’y arriverai pas. C’est ce qui est arrivé à Tyson.

‘Balla a hérité de moi sa technique. Certains héritent de leur papa, d’autres de leur maman. Mais l’héritage que l’on reçoit d’un père est plus important.’

Pouvez-nous nous parler de la technique employée par Bala Gaye 2 pour battre Tyson ?

Il faut dire que sa technique, il l’a héritée de moi. Certains reçoivent un héritage de leur papa, d’autres de leur maman. Mais l’héritage que l’on reçoit d’un père est plus important. Mais à côté de ça, en matière de lutte, Balla fait beaucoup de choses que moi-même de mon temps, je ne faisais pas. Au-delà des qualités héritées de moi, Balla a d’autres qualités qui lui sont propres. Peut-être c’est un don de Dieu.

Balla Gaye 2 a perdu l’équilibre sur un coup de Tyson. Qu’est-ce qui s’est passé selon vous ?

Pour ceux qui ne le savaient pas, l’enceinte était glissante par endroits. Balla a glissé sur l’action à laquelle vous faites allusion.

Entre le mystique et la technique, qu’est-ce qui a été plus déterminant dans la victoire de Balla Gaye 2 devant Tyson ?

C’est juste par la grâce de Dieu que Balla s’est imposé. Chacun a son jour de gloire. Dimanche dernier, c’était celui de Balla.

Mais vous ne pouvez pas reléguer au second plan l’aspect mystique…

(Rires) Vous-même vous savez que chacun à ses petits secrets. Nous avons des personnes de confiance qui ont prié pour nous. Alhamdoulilah, j’ai eu ce que je voulais. C’est l’essentiel.

Avez-vous été surpris par la rapidité du combat, qui a duré 30 secondes ?

Je n’ai pas été surpris. Ce n’était pas gagné d’avance, mais mon fils a travaillé, et il a récolté les fruits de son travail. Il a changé beaucoup de choses par rapport à sa manière de combattre, et cela a porté ses fruits.

Balla Gaye 2 a révélé que vous étiez très impliqué dans les préparatifs du combat. Quel a été votre rôle ?

Je ne mangeais plus, je ne dormais plus. Je ne faisais que voyager pour chercher des prières. J’ai même failli vendre ma maison pour les besoins du combat. J’ai dépensé au moins 30 millions pour le combat contre Tyson. Mais tout ça je ne vais plus le faire. Ce n’est pas intéressant de lutter pour après se retrouver avec des dettes.

‘Le Cng fait du deux poids deux mesures. Ils ont fait une ponction sur les reliquats de Tyson et Balla, leur reprochant d’avoir tardé à se mettre face à face. Ils auraient dû demander des comptes au promoteur plutôt qu’aux lutteurs.’

Comment voyez-vous l’avenir de Balla Gaye 2 après sa victoire sur Tyson ?

Nous sommes des professionnels. Balla peut affronter tous les lutteurs, sauf trois : Ama Baldé, le fils de Falaye Baldé. Nous sommes de la même région. Les deux autres sont Lac de Guiers 2 et mon autre fils lutteur, Sa Thiès. Ils sont tous mes enfants. Un combat entre eux n’est même pas envisageable. L’argent de la lutte a son importance, mais la famille est sacrée.

Pensez-vous comme beaucoup d’amateurs et d’anciens lutteurs que l’heure est venue pour Balla Gaye 2 d’affronter Yékini ?

Non. On n’en est pas encore là. Le jour où nous serons prêts, Balla et Yékini arrangeront eux-mêmes le combat. Ce n’est ni moi ni un autre qui décide. Ce sont les lutteurs eux-mêmes et les amateurs qui décideront.

Avez-vous discuté avec Balla Gaye 2 d’un éventuel face-à-face avec Yékini ?

Non. Il m’a demandé de lui laisser le temps de se reposer. Pour un lutteur, le repos est très important. On verra après. Si on sort d’un combat de ce genre, on a le droit de se reposer pour pouvoir entamer la saison prochaine dans les meilleures conditions.

Le combat était initialement prévu le 3 avril. Comment avez-vous vécu son report après la blessure de Tyson ?

On a vécu le report difficilement, mais ça nous a permis aussi de travailler davantage. Au début, j’avais refusé le report. Pour me convaincre, ils m’ont dit qu’il n’y a pas d’alternative. Mais, au-delà, il faut souligner que le Cng doit revoir sa manière de fonctionner. Apparemment, les responsables de la lutte ne se soucient pas du sort du lutteur. C’est comme si pour eux, un lutteur, c’est un animal. Quelqu’un qui n’a pas voix au chapitre. Peut-être, pour les autres lutteurs, je n’ai pas mon mot à dire, mais pour mes enfants, je ne me laisserai plus faire.

Que reprochez-vous concrètement au Cng ?

Le Cng fait, des fois, du deux poids deux mesures. Ils vont peut-être m’en vouloir, mais je ne raterai jamais une occasion de leur dire la vérité. Ils nous demandent toujours de faire de concessions alors qu’eux n’en font pas. Ils ont fait une ponction sur les reliquats de Tyson et Balla. Ils leur reprochent d’avoir tardé à se mettre face à face. Ils auraient dû demander des comptes au promoteur plutôt qu’aux lutteurs.

‘L’argent que nous a pris le Cng, j’essayerai par tous les moyens de savoir où il a été mis. Tout doit être clair.’

Mais en dehors des ponctions sur les cachets des lutteurs que reprochez-vous d’autres au Cng ?

On devrait voir où va l’argent des ponctions sur les cachets et les autres amendes infligées aux lutteurs. Le ministre des Sports lui-même doit s’informer à ce sujet. Je profite de l’occasion pour demander aux promoteurs de bien étudier les conditions d’organisation des combats avant de prendre contact avec les lutteurs. Il faut que tout soit clair. C’est ce qu’on exigera désormais. S’ils disent une chose qu’ils ne respectent pas, j’arrête automatiquement. A partir de maintenant, je ne signerai que des contrats clairs. Et si un événement indépendant de notre volonté survient, il nous faut pas que nous en supportions les frais. Nous avons perdu beaucoup d’argent avec le report de notre combat contre Tyson. Nous devions lutter en début de saison, voilà que notre combat boucle la saison. Au nom de quoi ? Il y a des lois dans ce pays, mais le Cng s’est arrogé tous les droits. Ce n’est pas possible. L’argent qu’ils nous ont pris, j’essayerai par tous les moyens de savoir où ils l’ont mis car tout doit être clair.

Sa Thiès est votre deuxième enfant à pratiquer la lutte. Qui est le plus fort entre les deux ?

(Enthousiaste) Ils sont même trois. Fodé est le troisième. Pour Balla, il a hérité beaucoup de qualités de moi. J’ai du courage et il a hérité ce courage de moi. C’est pareil pour les deux autres. Le seul problème, c’est qu’ils sont tous les trois très nerveux. Mais je sais que cela changera un jour.

Quels sont les qualités et les défauts de chacun ?

Dès fois, ils me surprennent agréablement en réussissant des choses que je n’étais pas en mesure de faire quand j’étais lutteur. Pour leurs derniers combats, j’avais très peur. Je me disais qu’ils ne pouvaient relever le défi. J’ai été agréablement surpris. Chaque jour ils me révèlent des qualités que je ne soupçonnais pas en eux.

Sa Thiès est dans votre écurie tandis que son grand frère est pensionnaire de l’Ecole Balla Gaye. Pourquoi ils ne sont pas ensemble dans la même écurie ?

J’ai dit à Balla que je n’accepterai jamais qu’il vienne dans mon écurie ni que Sa Thiès le rejoigne. Si je décidais un jour, par exemple, de faire venir Balla dans mon écurie, les gens le verraient mal. L’autre raison qui fait que je n’accepterai jamais qu’ils soient dans la même écurie, est liée à leur sécurité. Il y a une vieille tradition qui interdit que des gens de la même famille voyagent ensemble. Si un malheur survient, personne ne sera épargné.

Vous misez plus sur lequel de vos enfants ?

Je mise sur tous les deux. Maintenant, les chances ne sont pas les mêmes. L’un d’entre eux peut avoir plus de chance que les autres. De toute façon, je leur demande de travailler dur. Il ne me reste plus beaucoup de temps à vivre. Qu’ils sachent qu’un jour viendra, je ne serai plus de ce monde. Je prie pour qu’ils reprennent le flambeau.

Lequel de vos enfants vous ressemble le plus ?

Ils me ressemblent tous. Ils ont du courage… (il ne termine pas sa phrase) La lutte est complexe, il y a des lutteurs qui s’imposent par leur force, d’autres par leur technique. J’avais une technique qui me permettait de terrasser n’importe quel type d’adversaire, même les lutteurs qui avaient plus de force que moi. Cette technique, je l’avais héritée de mes grands parents et je l’ai améliorée aux contacts de plusieurs entraîneurs. En lutte, la force c’est bien. Mais le plus important, c’est la technique. Un lutteur beaucoup moins fort que son adversaire peut utiliser la force de son vis-à-vis pour s’imposer. Tous mes enfants maîtrisent cette technique.

L’arène rouvrira ses portes le 1er octobre prochain. Comment un lutteur doit-il passer ses vacances ?

Un lutteur n’a pas de vacances. Même s’il doit se reposer un moment, il ne doit pas arrêter les entraînements. Il peut baisser leur intensité. Un lutteur qui veut être champion ne doit pas prendre de vacances.

Quand comptez-vous aller en Casamance fêter votre succès sur Tyson ?

Je dis à Ablaye Baldé (ministre des Mines et maire de Ziguinchor, Ndlr) et aux autres ressortissants de la Casamance que leur fils viendra fêter sa victoire avec eux et les remercier.

Propos recueillis par Louise Elisabeth FAYE (Stagiaire)


Vendredi 5 Août 2011 - 11:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter