Double défi de l’ONU en RDC : les groupes armés et les élections

Il y a un an, l’armée congolaise assistée de la mission des Nations unies au Congo (Monusco) mettait fin à la rébellion du M23, ce groupe armé qui pendant un an et demi avait occupé toute une partie du Nord-Kivu. Pour les FARDC, c’était une victoire historique mais aussi pour la Monusco dont le mandat venait de se voir renforcé avec l’arrivée d’une brigade d’intervention composée de 3 000 hommes et autorisée à ouvrir le feu sur les rebelles. Aujourd'hui, la force onusienne peine à se montrer efficace contre les autres groupes armés qui sévissent dans la région et qui ces derniers jours ont fait remonter l’insécurité d’un cran.



Des membres de la population locale, saluant le passage d’un véhicule blindé de transport de troupes de la Monusco, qui se dirige dans la région de Beni, province du Nord Kivu en RDC, le 13 mars 2014.
Des membres de la population locale, saluant le passage d’un véhicule blindé de transport de troupes de la Monusco, qui se dirige dans la région de Beni, province du Nord Kivu en RDC, le 13 mars 2014.
Il y a un an, l’armée congolaise assistée de la mission des Nations unies au Congo (Monusco) mettait fin à la rébellion du M23, ce groupe armé qui pendant un an et demi avait occupé toute une partie du Nord-Kivu. Pour les FARDC, c’était une victoire historique mais aussi pour la Monusco dont le mandat venait de se voir renforcé avec l’arrivée d’une brigade d’intervention composée de 3 000 hommes et autorisée à ouvrir le feu sur les rebelles. Aujourd'hui, la force onusienne peine à se montrer efficace contre les autres groupes armés qui sévissent dans la région et qui ces derniers jours ont fait remonter l’insécurité d’un cran.

Rfi.fr

Lundi 20 Octobre 2014 - 12:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter