Droit de réponse : Talla SYLLA dirige quatre pelés et un tondu !

La semaine passée le site PressAfrik.com recevait une contribution de l’ancien responsable de la communication du parti Jëf Jëf, Mamadou Kane. Nous avons traité le texte et avons retenu le titre tiré du texte, « sans Talla Sylla le Jëf Jël perd son âme et Yoro Bâ ne dirige qu’une coquille vide ». En réaction, Pape Touré, Directeur Exécutif National de l’Alliance Jëf Jël nous envoie un texte comme droit de réponse. Texte que nous publions ici intégralement.



Droit de réponse : Talla SYLLA dirige quatre pelés et un tondu !
Malheur aux inconditionnels de Talla SYLLA! Il est des gens physiquement et socialement satisfaisants, mais intellectuellement insuffisants. C’est inadmissible qu’à l’orée du troisième millénaire, des gens oublient les fondamentaux d’un parti politique. Le Jëf Jël leur rappelle qu’un parti politique n’est rien d’autre qu’une association de femmes et d’hommes partageant un idéal commun pour conquérir démocratiquement la magistrature suprême.

Les principes, philosophie et idéologie qui sous-tendent les statuts et règlement de ce regroupement, unissent tout le monde autour de l’essentiel et priment sur tout le monde. C’est pourquoi, le Jëf Jël trouve indigne que l’ex-chargé de la communication et de l’information cire les bottes de Talla SYLLA. La philosophie du Jëf Jël est « Le parti avant l’individu ».

Raison pour laquelle, nous collaborateurs du Président Yoro BA, nous ne mettrons jamais la personne de qui que ce soit pour satisfaire des désirs personnels au détriment du parti. Ce parti, nous le défendrons par la sueur de notre front et le sang de notre corps. Nous laisserons plus jamais personne monnayer ce joyau pour faire chanter ou escroquer les tenants du pouvoir ou des personnalités occultes.

Peut être, le Président Yoro Ba dirige une coquille vide, mais il ne dirige pas présentement une bande de voleurs et d’escrocs. Chanter les louages de Talla SYLLA dans la presse n’est pas digne d’un militant responsable car c’est la camaraderie qui lie les personnes dans un parti politique. L’ère de la papauté, de la seigneurie et/ou de la monarchie est révolue. Que personne n’attende que nous lui caressions le corps dans le sens du poil.

Sans ambages, il est clair au niveau de tous les militants sérieux du Jëf Jël que c’est Talla SYLLA et personne d’autre qui est à l’origine et sera à la fin des divergences qui minent notre parti. Ses prises de positions incontrôlées et imprévisibles, ses déclarations prématurées et son audace inqualifiable ont terni l’image du Jëf Jël. Malgré ces imperfections, nous sommes restés longtemps des militants disciplinés à l’égard de Talla SYLLA. Mais nak trop c’est trop. Pour l’instant, nous ne revenons pas sur certains détails mais un jour viendra, la lanterne de nos compatriotes sera éclairée et ils comprendront tous les soubresauts du Jëf Jël.

Ainsi, le parti est devenu instable et déboussolé depuis l’intrusion du mouvement WALLU dans le parti. Ce courant qui n’est que mirage, a créé confusion, cafouillage et interférences dans la pratique et la mise en œuvre des orientations. C’est dans ce mouvement incongru que l’on trouve des revenants, des novices voire des béni oui-oui. D’ailleurs, la preuve est étayée par les sorties médiatiques préconçues et véhiculées par des militants désorientés et indisciplinés. Mais ce qu'il importe de savoir c'est que ce qui compte dans un parti, ce n’est pas l’ancienneté du militant mais c’est sa légitimité, sa compétence, son engagement et son militantisme.

Par conséquent, les instances dirigeantes du parti vont statuer et prendre des mesures conformément à l’article 22 des statuts pour mettre fin à ce bal à l’armée mexicaine. Le Directeur Exécutif National rappelle que la devise du parti est « Unité-Travail-Justice ».


Mardi 25 Septembre 2012 - 15:05



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter