Du Camp pénal, Aïda Ndiongue se rebiffe: elle refuse de suivre les enquêteurs de la Section de Recherches




La responsable libérale dans les liens de la détention depuis le 17 avril dernier dans le cadre du fumeux dossier des produits phytosanitaires du plan Jaxaay, se rebiffe. De la prison du camp pénal de Liberté 6, elle refuse de suivre les pandores de la Section de Recherches (SR) de la gendarmerie de Colobane.

Des enquêteurs qui, dernièrement sur la trace des biens de l’ancienne sénatrice, ont perquisitionné des comptes en banque d’Attijari-CBAO. Dans leurs procès verbal, ils estiment les montants retracés à 27 milliards de F CFA. Il s’agit de dépôt fait à partir de 2006 d’une valeur globale de 24 milliards de F CFA et de bijoux et parures de luxe évalués à près de trois (3) milliards de F CFA. Montant et bijoux mis sous scellés et confiés à la banque, les gendarmes comme le veut la procédure, s’étaient auparavant rendu au Camp pénal pour extraire Aïda Ndiongue afin qu’elle accompagne la perquisition.

La détenue soutenue par ses avocats, refuse de les suivre. En effet, brandissant l’appel introduit par ses soins au niveau de la Cour d’Appel pour annuler son placement sous mandat de dépôt. Selon la défense d’Aïda Ndiongue dans les colonnes du journal « libération », le Parquet est dans l’impossibilité de fixer le montant exact du préjudice présumé. 


Vendredi 10 Janvier 2014 - 11:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter